AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Aux portes de la capitale, le long de la Seine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Aux portes de la capitale, le long de la Seine   Mer 22 Aoû - 0:01

On arrive sur Paris Cla’



La voix grave et à l’accent agressif de Franz la ramena parmi ses compagnons ; le colosse blond aux yeux azur s’était tourné vers elle et lui souriait d’un sourire amical . c’est ce sourire qui l’avait conduite à en faire son serviteur il y a une dizaine d’années déjà . On peut devenir adict à tout et n’importe quoi . Elle était addict à ce sourire . Elle le gratifia d’un clin d’œil lorsqu ‘elle réalisa que les triplées dormaient profondément sur la banquette arrière . Après s’être étirée et avoir lu les quelques e-mails et textos reçu durant le trajet elle ouvrit la portière passager et posa un pied sur le sol, puis un second bientôt suivis du reste de son corps athlétique. Franz avait garé le Touran le long d’une des berges de la seine, à quelques kilomètres à peine de l’entrée de la ville et alors qu’elle descendait vers l’eau vive ses pas foulèrent un sol de plus en plus humide devenant de plus en plus spongieux. Toute la nature , partout autour d’elle semblait retenir sa respiration alors qu’un vent froid et humide faisait onduler les branchages et les hautes herbes ici et là glaçant Constance jusqu’aux os malgré les couches de vêtements qu’elle portait et même le fait que son corps soit sans vie aucune . Franz descendait à son tour dans un calme olympien vite troublé par les râles de sommeils des trois filles qui sortaient également du véhicule . Quelques chose fut recherché et rapidement trouvé dans le coffre puis lancé maladroitement à Franz qui put tout de même le rattraper au vol.

Pendant ce temps là, elle pensa à son sire, aux gens qu’elle avait rencontré tout au long de sa vie et en fût surprise. Pourquoi ? Pourquoi maintenant ?



* Chhhut ! pas maintenant ….dors….dors …je te réveillerai lorsque j’aurai besoin de toi » Dit-elle à l’autre qui sembla se rendormir éloignant de son esprit ces spectres du passé. *



« C’est par ma seule volonté que mon esprit se meut…Le rythme de la pensée s’accroît et s’accélère car c’est par ma seule volonté que mon esprit se meut.. » Comme presque toujours réciter ce mantra la calma et l’aida comme il l’avait toujours aidé à l’éloigner .



ET soudain s’arrachant à ses pensées, il le sentit au fur et à mesure que le moment d’accomplir le rituel arrivait : le souffle enfla. Pas un vent classique, non . Plutôt une onde invisible silencieuse et glacée charriant les germes de la peur et du doute . Tous frémirent et se prirent à regarder autour d’eux, aussi inquiet qu’on puisse l’être . Tous n’avaient qu’un seul souhait que le souffle reparte , que la présence les quitte et que le calme revienne.

La peur, oui la peur véritable, la peur sourde la gagna alors qu’elle était à genoux sur le bord du fleuve , prête et concentrée sur le rituel qu’elle devait accomplir ; elle avait de nouveau cette sensation de cœur fantasmé battant la chamade dans sa poitrine pourrissante.

« C’est par ma seule volonté que mon esprit se meut ! Le rythme de la pensée s’accroît et s’accélère car c’est par ma seule volonté que mon esprit se meut…c’est par ma seule volonté que mon esprit se meut, le rythme de la pen…. »

Soudain le souffle n’était plus là .



L’incantation continua longtemps , et les mots de constance semblaient portés par le vent qui leur paraissait à présent moins froid, presque accueillant ; puis un nuage apparût devant la jeune fille et elle y plongea sont regard tout en prenant une posture de parfaite soumission tête baissée .



« Seigneur Doryan, régent je me présente humblement à vous moi mademoiselle Constance infante de Leland de Durham et mise par sa propre volonté au service du clan et du votre aussi longtemps que vous le désirerez ou que vous le jugerez utile . Je demande par la présente lalapermission de rallier la fondation au plus vite .. »



Il n'y avait plus qu'à espérer que le Régent reçoive ce message et lui réponde favorablement.

Spoiler:
 


Dernière édition par Mlle Constance le Mer 22 Aoû - 0:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin

avatar


MessageSujet: Re: Aux portes de la capitale, le long de la Seine   Mer 22 Aoû - 0:04

Le membre 'Mlle Constance' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dés 10 faces' : 1, 2, 5, 6, 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampiredeparis.jdrforum.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aux portes de la capitale, le long de la Seine   Mer 22 Aoû - 2:02

La réponse ne tarda pas ce qui fût grandement apprécié , surtout de l'entourage de la vampire plus sensible qu'elle au climat froid de cette nuit de Saint valentin

"Soit la bienvenue, Mlle Constance, la permission de rejoindre la chantrie t'est accordée avec grand plaisir..."

"Bien je me mets en route immédiatement Seigneur "

Constance se redressa fit signe aux triplées de remonter vers la voiture avant de se tourner vers Franz

"Faisons vite je te prie l'aube approche ...."

Avant de se glisser dans le Touran elle ferma un instant les yeux et se laissa aller comme relaxée par le calme du lieu . Elle savait que tout pouvait arriver . Tout .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aux portes de la capitale, le long de la Seine   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aux portes de la capitale, le long de la Seine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aux portes de la capitale, le long de la Seine
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Les Portes de la Moria
» Entrée et tableau de la capitale
» Sujet a long terme: ork sauvage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paris By Night ~ Chronique de l'Ombre ~ :: Périphérie de la Camarilla Parisienne :: Hors Paris :: L'Europe-