AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Le petit salon 14/02

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ahuizotl
Gangrel
Gangrel
avatar


Feuille de personnage
Statut: Ancien (+3)
Réputation: Assagit (+1), irrationnel ( -1 )
Points de sang:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mar 17 Juil - 18:41

Après avoir signalé aux goules qu'il devait apporter des nouvelles à la Reine, Ahuizotl fut conduit, comme à l'accoutumée, dans le petit salon pour attendre son tour.

Il entra et salua discretement chacune des personne présentes. Lorsque ses yeux se posèrent sur Abigail, il afficha un sourire ravi mais hésitait cependant à se diriger vers elle.

Ces vetements sombres mais de très bonne qualité étaient troués et déchirés, semblant même avoir été brulés de toutes parts. Il était pieds nus et ne semblait pas s'en ofusquer. Son visage était celui d'un amérindien avec toutefois quelques traits bien particuliers.

Il s'avança, hésitant, vers les étagères de la bibliothèque ...


[« Ligote tes sentiments d'une formule,Emprisonne ta douleur d'une ceinture,Le loup qui ne montre jamais son sang par l'autre loup sera laissé vivant. » Otto Manninen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laure Farrida
Sans clan
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mar 17 Juil - 19:19

La porte grince sur le bois du parquet du hall du Louvre, petite porte donnant sur le petit salon. Une bottine noire glisse tranquillement à l'intérieur, avec difficulté... Puis une autre, un petit frottement strident sur le parquet. La silhouette agréable de la Nosferatu fait son apparition dans la bibliothèque d’attente. Un long manteau de tissus noirs légers sculpte la descente de ses courbes. Des gants noirs à la main, les bras tendus et le visage dans le noir de sa capuche, elle s'affère à analyser le musée dans ce qu’elle ne connait pas de lui : Son côté noctambule…

Si Syleen, par son humanité survivante, aime les péripéties ; Elle préfère tout de même si préparer… Surtout si elle doit en défricher des ruines. Aucun de ses mouvements et regards sont fortuits. Elle aime comprendre le décor pour s‘y fondre entièrement. Etre la poussière sur le bois, être le relief d‘une sculpture, être l‘ombre de la nuit… La nouvelle née dégustait le plaisir de sa condition ; Bien loin de l’horreur du Masque. Bien loin des préjugés que l’on a sur son Clan et les siens…

La voici de retour dans l’espace d’accueil… Celui qui avait gardé au chaud son mystérieux mutisme, et dans lequel elle avait été infidèle à son asociabilité. Un endroit plus simple, dans lequel, elle n’était pas obligée de serrer les fesses et d’éviter la moindre faute d’étiquette. On peut le dire, un endroit où elle pouvait se mettre à l’aise, loin de l’image propre que chaque Camariste doit arborer pour se présenter à la Reine.

En visualisant, les individus déjà présents dans le petit salon, elle enlèvera sa capuche en signe de politesse et de courtoisie… Signe qui n’était en rien simulé chez elle, presque harmonieux avec la douceur de sa gestualité.

Le regard surnaturel et vitreux, serait un phare pour ceux qui ne connaissaient pas son visage : Son atroce, mutilé et cauchemardesque visage. Les cicatrices en guise de traits, elle n’a d’autres réactions faciales que celle du cadavre encore chaud. La chair rougeoyante et visible offrait aux regards d’uniques couleurs dans ce paysage de désastre vampirique.

Elle était elle-même, la nouvelle venue du Clan des rats d’égouts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doryan
Trémère
Trémère
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mar 17 Juil - 19:44

Diable un Pontifex ici ???
Voilà qui était étrange, étrange mais non impossible.
Dans le doute Doryan s'agenouilla, saluant avec les honneurs l'un des plus importants tremere du monde...

"Votre seigneurie, Doryan Etbatxi, régent du 4° cercle."

Point besoin de parler de sa lignée face à un grand ponte de ce type, le lignage n'était que futilité pour eux...

"Je viens d'arriver en ville mais Ondoval a du omettre de mentionner votre présence ici..."

*Comme si c'était possible qu'il oublie...*

"Que puis je faire pour vous servir pontife...?"

Doryan attendit de connaître le nom de son interlocuteur. Qui qu'il soit il n'était pas sur sa région...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amandine

avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mar 17 Juil - 20:03

Il fit signe au Tremere de se relever d'un geste de la main

" Il n'est pas dans les prérogatives d'un Régent d'avoir à connaitre mon agenda, Nomurold Pontifex d'Europe de l'ouest , enchanté de vous rencontrer"

Il fixait Doryan , alors que toute sa volonté était occupée à tisser une issue de secours

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mar 17 Juil - 20:03

Le membre 'Rahotep' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dés 10 faces' : 3, 9, 10, 9, 8, 9

--------------------------------

#2 'Dés 10 faces' : 7, 9, 10, 5, 9

--------------------------------

#3 'Dés 10 faces' : 10, 4, 8, 3, 10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampiredeparis.jdrforum.com
Doryan
Trémère
Trémère
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mar 17 Juil - 20:16

"Nomurold, bien sur... Ravi de vous revoir."

Il glissa son regard sur le tricheur, maintenant ses yeux plantés dans les siens.

"Avez vous bien reçu ma dernière note sur la théorie de l'accroissance systémique des nodes suivant les derniers rituels connus...?"

Il se frappa le front du plat de la main.

"Mais non bien sur elle est restée à la chantrie, voulez vous m'y accompagner afin que nous voyons ça ensemble??"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amandine

avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mar 17 Juil - 21:00

Il fronça légèrement les sourcils

"Monsieur...je ne comprends rien à ce que vous dites , votre charabias ne veut absolument rien dire ....reprenez vous je vous prie !"

Il bu la seconde gorgée de sa boisson et fit une légère grimace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laure Farrida
Sans clan
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mar 17 Juil - 21:09

Les vampires déjà présents dans la pièce, étaient dans leur conversation ou dans la concentration de la lecture des livres de la bibliothèque. Au final, elle avait la crainte d’embarasser qui que ce soit. Lentement mais surement, elle se glissa le long d'un mur pour atteindre les étagères. Elle aussi, se lance dans la vérification des ouvrages... Quels sont ils ? Quels sont leur ancienneté ? Y avait il des ouvrages hors du commun, sur l'occultisme par exemple.
Evidemment, comme un Nosferatu n'a pas l'oeil dans sa poche, elle devissera son regard de temps à autre pour observer les autres de son espèce. Sans entrer dans aucune discussion, elle n'ose déranger.

Heureusement ses mains sont là... Comme extension de sa perception, elle effleure le flanc des livres exposés. Le silence régnait, tout était calme… D’un calme incroyable malgré la présence d'autres monstres. Son esprit se vide, laissant les tensions s'apaiser d'elle-même. La jeune femme revêtue de son long manteau noir se lance dans le vide... De ses pensées. Elle s'occulte du monde, comme elle sait effacer le moindre parasite dans son raisonnement. Et l’unique voix féminine dans les oreilles : La sienne, résonnait au loin. Sa voix douce persiflait entre ses dents, la mâchoire serrée. Elle marmonnait des mots à peine audibles :


« Les racines... S'enfoncent dans la peau... La sève dans le veines... L'ange déploie ses ailes... Les racines... Le monstre a les mêmes… »

Une immobilisation étrange de la vampire, comme elle se statufiait. Un brouillard qui avait fait son apparition comme un voile devant ses yeux persistait. La jeune vampire se pince la lèvre inférieure, indécise… La main sur la poussière du papier. Un regard à travers les mots gravés dans le cuir, elle scrute les différentes aspérités. Comprimant son habit contre sa poitrine, elle lisse du bout des doigts une mèche échappée de sa capuche.

    Un sifflement étrange… Et un bruissement sur le sol tinte à ses orifices auditifs. La Nosferatu ferme les yeux et laisse tomber sa tête en arrière.
    Une main sur la nuque, elle gémit légèrement et décontracte les muscles de son cou.

    Un deuxième sifflement… Et de multiples chuchotements percent l’harmonie de son irrigation sanguine. L'écho résonne, tel le bruit de fond des piscines.
    La tête sous l'eau, plongée dans son esprit elle écoute le crépitement de ses artères. Le sang coagulé qui irrigue encore sa peau putréfiée.
    Elle s’aveugle en fixant une source de lumière dans la pièce, rayonnant alors la pâleur de son regard.

    Elle sourit... Oui, Syleen sourit avec une simplicité incompréhensible, presque apaisante si on ne devinait pas l'effroi de ce qu'elle était.

    Un troisième sifflement… Quelques gouttes d'hémoglobine coulent de sa bouche. Elle s'est mordue... Et elle réceptionne le sang avec l'un de ses gants.
    Tout s’évapore... Syleen avait été ailleurs. Et il fallait l'odeur du sang pour la ramener à la réalité.
    Clignant des yeux, elle scrute autour d'elle si elle n'y a plus de vestiges de sa vision.

    Qu'avait elle bien pu voir, d'ailleurs ?

    Clignant des yeux, elle scrute si aucun autre vampire n'a pu constater ces quelques secondes de l'autre côté...
    Ailleurs... Le regard dans l'au delà.

Reconcentrée, elle se détache des meubles pour venir s'assoir ; Plus aucune crainte désormais. La jeune Nosferatu replace correctement son habit pour aerer son col. Le crâne visible, mortifié par de violentes meurtrissures, ne devoilait que les restes d'une chevelure brune. Tombante sur ses épaules, elle avait du être le cadre d'un portrait de toute beauté... Aujourd'hui tombé dans l'oubli et dans le masque de la panique. Se mettant à l'aise, un sourire aimable pour cristalliser son rictus squelettique, elle ouvrait le livre qu'elle avait subtilisé aux armoires. Avec une ferme intention de le survoler, sa concentration et son calme étaient désormais bien plus effrayants que son égarement précédent. Se tenant droite sur son fauteuil, le regard jonglant d'une présence à une autre, elle s'attarde à un semblant de lecture. Rigoureusement méditative, et ne laissant qu'un grincement de dents pour castrer son silence...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doryan
Trémère
Trémère
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mar 17 Juil - 22:21

Pas besoin de faire un esclandre, pas encore, pas dès son premier soir en ville... Ce devait être un de ces malkavs qui se prennent pour des gens importants...

"Je vous prie de m'excuser, seigneur, j'avais cru que..."

Tiens, il buvait du whisky... Le pauvre se prenait aussi pour un mortel..
Mais il tenait à en avoir le coeur net...Aussi prit il son téléphone pour envoyer un message avant de retourner à Mr Livingstone et sa chronique demonique online...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahuizotl
Gangrel
Gangrel
avatar


Feuille de personnage
Statut: Ancien (+3)
Réputation: Assagit (+1), irrationnel ( -1 )
Points de sang:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mar 17 Juil - 23:08

Ahuizotl avait vu la silhouette féminine passer à côté de lui, près d'une étagère, glissant sa main sur les ouvrages comme pour sressentir des sensations. Il avait vu une jeune fille faire cela il y a quelques nuits déjà. La fameuse nuit où les lupins l'avait taillé en pièces et qu'il était revenu ici, presqu'agonisnant.

Cette femme était étrange, elle murmurait des mots de manière énigmatique. Il laissa alors échappé :

"Et le sang coule encore et toujours ..."

Il avait éspéré retenir son attention et découvrir par là même qui elle pouvait être, elle qui semblait si étrange et si détachée du reste des cainites...

Mais elle semblait être dans un autre monde, ne répondant pas, ne semblant même pas entendre les mots qu'il avait prononcé.

Il la regarda un instant, la dévisageant lorsqu'elle alla s'asseoir sur ce fauteuil. Sa laideur était pire que tout ce que le Gangrel avait pu voir car le cadavre était bel et bien animé. Jamais il n'avait été témoin d'un tel phénomène et ce clan qu'on appelait Nosferatu était vraiment pire que ce qu'il avait pu imaginer.

Il pensa un instant au Sénéchal, un homme en qui il avait confiance. Etait il lui aussi aussi monstrueux ? ...

Paralysé par cette idée, il ne réalisa pas qu'il était fixé sur la jeune femme depuis quelques bonnes minutes maintenant ...


[« Ligote tes sentiments d'une formule,Emprisonne ta douleur d'une ceinture,Le loup qui ne montre jamais son sang par l'autre loup sera laissé vivant. » Otto Manninen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freyrson
Primogène [Gangrel]
Primogène [Gangrel]
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 10:10

À Doryan: " Monsieur, le peu que vous m'en apprenez est déjà à des années lumières de tout ce que j aurai pu trouver moi même, je vous en suis infiniment reconnaissant et... "

Rahotep s imice dans la conversation, Jonathan s incline pour saluer le nouvel arrivant.

A Rahotep: " Monsieur bonsoir. "

Il commence à les écouter discuter, mais décroche rapidement, faute de comprendre ce qu'ils racontent.

" Excusez moi messieurs mais dois me remettre au travail, notre Fleur bien aimée est toujours catatonique depuis le coup de dague qu'elle a reçu d'un adorateur des démons , je dois me pencher sur ce mystère."

Jonathan s écarte des deux sorciers et fait signe à une goule pour lui signifier qu'il voudrai rencontrer la Reine dès que possible. Il constate que Wolfgang est entré dans la pièce. Il se dirige vers lui, un franc sourire au visage, visiblement ravi de le voir... "en vie et en bonne santé".
Il lui empoigne la main du Gangrel avec vigueur à la manière des
Cuauhtloceotl d'autrefois, son timbre de voix est grave et cérémoniel.

" Ocelotl ! C'est un honneur de vous voir ici et en vie, après notre discutions de la dernière fois et tout ce qui c'est passé entre temps, je m'était fait du souci, la Camarilla ne peu se permettre de perdre un homme tel que vous en ces temps de ténèbres. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahuizotl
Gangrel
Gangrel
avatar


Feuille de personnage
Statut: Ancien (+3)
Réputation: Assagit (+1), irrationnel ( -1 )
Points de sang:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 14:42

Le terme d'Ocelotl, employé par Mr Linvingston surprit quelque peu le Gangrel. Comment pouvait il connaitre ce terme ? Serait il encore en pratique eaujourd'hui ?

Il chassa ce détail et constata qu' il avait la justesse de croire que le Gangrel était un allié d'une force inéstimable en cette période de guerre et ce dernier l'accueillit alors avec un sourire amical.

"Tout va bien je vous remercie Mr Livingstone. Ma partie de chasse fut dangereuse mais comme vous pouvez le constater, j'ai survécu aux explosions de feu et aux sifflements des armes de ces maudites Goules ! Ils auraient mieux fait de m'écouter au lieu de vouloir me defier, ils seraient à nos côtés et en vie. Une quarantaine de soldats tssss... quel gâchis !

.. Enfin, j'ai cru comprendre que le prisonnier était la parole de Mithras en personne ! Un allié de taille je suppose qui pourra nous aider pour la suite de cette guerre."

Ahuizotl n'osait pas demander à Mr Linvingstone s'il en savait plus sur cet homme mais il voulait voir comment il allait réagir à cette mention.


[« Ligote tes sentiments d'une formule,Emprisonne ta douleur d'une ceinture,Le loup qui ne montre jamais son sang par l'autre loup sera laissé vivant. » Otto Manninen


Dernière édition par wolfgang le Mer 18 Juil - 15:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freyrson
Primogène [Gangrel]
Primogène [Gangrel]
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 15:12

Jonathan fronce les sourcils en entendant le nom du prince de Londres, ce genre de nouvelle pouvait bouleverser la donne, Mithra était un ... Être plein de ressources, qui arpentait le monde depuis des millénaires. Tout cela était de mauvaise


" Vous m'en voyez ravi, mais sachez que les blessures du corps ne sont rien comparées à celle de l esprit. Et c'est contre celle ci que je voulais vous mettre en garde. Aucun de nous n'est infaillible et aillant combattu des nuit durant avec et contre ceux de votre clan je sais que c'est souvent votre talon d'Achille. Vous me veriez extrêmement flaté et rassuré si vous acceptiez l aide de la coterie que le Seigneur Gallus et moi même sommes en train de monter, la prochaine fois que pareil chose adviendra. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahuizotl
Gangrel
Gangrel
avatar


Feuille de personnage
Statut: Ancien (+3)
Réputation: Assagit (+1), irrationnel ( -1 )
Points de sang:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 15:22

Le Gangrel pretait une oreille attentive à ces propos.

"Tiens donc ! Vous avez donc combattu aux côtés et contre des membres de mon clan ? J'apprécierais que vous me contiez ces histoires dans lesquelles mes frères se sont fait remarquer ...

Pour ce qui est de cette coterie mon ami, j'ai déjà approuvé cette idée auprès de Gallus et il a accepté les quelques conditions que j'ai imposées sans aucun problème. J'espère que grâce à cette côterie, l'ennemi tremblera et quittera definitivement ces Terres. Pour la gloire de la Reine."


[« Ligote tes sentiments d'une formule,Emprisonne ta douleur d'une ceinture,Le loup qui ne montre jamais son sang par l'autre loup sera laissé vivant. » Otto Manninen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laure Farrida
Sans clan
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 15:34

Le délicat bruit du papier qui se courbe entre ses doigts, la jeune Nosferatu entame sa lecture. On ne peut pas dire qu’elle soit réellement plongée dans l’ouvrage, et son attention semble être autant sur les mots gravés devant elle que sur les Caïnites autour d’elle. Une oreille presque manquante, elles ont toutes deux la particularité d’être presque en pointe ; Poinçonnées par la décomposition.

Elle remarque Ahuizotl l’observer… Une intuition de mortelle et de femme, lorsqu’un homme la regarde. Sentant des yeux sur elle, elle eut un nouveau grincement des dents. Un sourire en coin pour plier sur sa joue l’une de ses balafres, elle relève brièvement ses yeux clairs sur lui. Puis après une ou deux secondes revient à ce qu’elle tenait dans les mains. Difficile de savoir, si elle était charmée d’être ainsi admirée… Ou si elle s’amusait du dégoût qu’elle pouvait provoquer. Néanmoins, elle n’était pas indifférente à ce pudique voyeurisme.

Lorsque le Primogène Gangrel répond à Jonathan, elle perdit lentement son sourire ; Pour enfin redevenir inexpressive, comme la marbre d’une tombe, quand le nom de ‘Mithras’ retentit à ses oreilles. Les paumes gantées sur le parchemin, elle se tient droite comme une écolière. Absolument plus dans le décodage de son tome, elle place son regard en direction de la réunion de vampires. Sans être précise dans ce nouvel examen, elle contemple le vide entre eux…


Dernière édition par Syleen le Mer 18 Juil - 16:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freyrson
Primogène [Gangrel]
Primogène [Gangrel]
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 15:47

"En vérité monsieur, ce n'est pas un simple soutien que j escomptais."

Jonathan rive son regard émeraude dans celui de Wolfgang.

" Ocelolt, j ai besoin de vous a nos côté, je voudrai vous aider à canaliser votre force dans le bon sens pour le bien de tous et surtout pour celui de votre clan. Je pense que temps de l exile doit prendre fin pour les enfants d Enola. "

Jonathan relâche enfin sa poigne.

" Quant à l'histoire que vous brûlez de connaître monsieur je l'ai écrite sur le champ de bataille, il est normal qu'elle ne soit conté qu'aux hommes avec lesquel jai versé le sang"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahuizotl
Gangrel
Gangrel
avatar


Feuille de personnage
Statut: Ancien (+3)
Réputation: Assagit (+1), irrationnel ( -1 )
Points de sang:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 16:01

Ahuizotl ne savait pas trop comment réagir à tout cela. Cet homme bien que Ventrue parlait de choses qui le touchait directement et auxquelles il ne voulait rendre de compte qu'à ses frères de clan. Il avait envie de l'empoigner et de lutter avec pour voir s'il était digne du respect qu'il voulait lui accorder. Mais ce lieu sacré l'en empechait ...

Dans le ton de sa voix, on pouvait noter beaucoup de tempérance.

"Si vous êtiez un Gangrel, ce serait avec plaisir que j'ecouterais vos récits et puisque vous ne l'êtes pas, ce sera donc un plaisir de faire couler le sang à vos côté dans la prochaine bataille." Son regard était fier et chargé d'une volonté de voir ce cainite à l'épreuve.

Puis d'un air plutôt sceptique cette fois, son regard ayant changé pour devenir plus interrogateur, il poursuivit.

"Mais je vous arrete Mr Livingstone ! En quoi les Gangrel sont ils menacés? Je fais actuellement le necessaire pour que le nom de mon clan brille au côté de celui de la Reine de Paris...."


[« Ligote tes sentiments d'une formule,Emprisonne ta douleur d'une ceinture,Le loup qui ne montre jamais son sang par l'autre loup sera laissé vivant. » Otto Manninen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laure Farrida
Sans clan
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 17:59

Le cumulus de poussière s’enroule dans les airs à la fermeture du livre… Un bruit d’épaisseur de papier contre papier retentit. La jeune femme n’avait pas quitté le cap du Gangrel et du Ventru. Elle avait stoppé son activité littéraire, pour l’intention d’être pleinement discrète et polie. Le grincement de son fauteuil, elle immobilise d’une clé de bras l’ouvrage entre sa hanche et son coude. Reprenant toute sa hauteur, elle s’avance lentement en direction des congénères buveurs de sang.

Loin d’être exhibitionniste ou m’as-tu-vu, elle ne voulait en aucun cas, paraitre ainsi. Mais elle était encore plus éloignée du jeu hypocrite des précieuses et autres politiques de Cour. Elle n’avait pas les atouts pour y jouer, ni le désir. Elle en comprenait l’utilité absolue : Le maintien d'un pouvoir diplomatique, calculateur ou de contrôle. Dans son esprit, elle observait cette toile se tisser, et nombre d’araignées se battre pour pouvoir y prospérer... Y pondre. Malheur aux parasites , dont elle faisait partie.

Oui, elle n’était pas de ce monde là. Elle était du monde de la prudence, où le savoir est une arme. Celui où l’on accepte la laideur de l’autre, l’âme aussi noire soit elle de son individualité avec et pour la communauté… Elle savait pourquoi les Nosferatus se faisaient rares dans ces murs. Ils n’aimaient pas les excuses ou l’apitoiement. Ils aimaient être ce qu’ils sont, en toute circonstance et faire avec… Avec la bête et celle des autres.

La paranoïa est l’atout et la damnation vampirique. Il fallait croire aussi que son Clan en était le plus représentatif. Syleen était différente… C’est peut être cette différence qui l’a amené jusqu’ici. C’est peut être cette différence qui fait d'elle ce qu’elle est : Un masque en argile, avec cette force d’adaptation incroyable. Au-delà de la vie et aussi ironique que cela puisse paraitre, elle survivait… Un perpetuel échec de son vivant.

Ses frères sont des extremistes. Elle est une extrémiste par le sang. Peut être, ses frères aiment aussi le voile du mensonge. Ce voile qui cache cette simple vérité : La paranoïa et l'ignorance sont jumelles. Ce que l'on croit savoir, n'est peut être qu'un leurre contre la peur ; La peur des autres, la peur de remettre en questions notre monde des ténèbres. Non... Victime de sa propre jeunesse, elle n'avait pas peur. Elle n'avait pas peur des autres, et encore moins de remettre en questions le système.

Elle restera droite, dans la continuité de son port de tête. Une stature charmante, nappée d’une silhouette de nymphe désirable… La sirène de la gangrène incline son abominable effigie vers l’un et l’autre. Elle honore d’un geste sa venue et son interruption. Sa voix caverneuse vibre au fond de sa gorge. Surnaturelle entièrement, le son a des harmoniques dissonantes. Malgré cela, il est possible de percevoir la douceur de son phrasé et de son timbre de femme enfant. Elle articule avec application une présentation galante :


« Messieurs…
Enchantée de vous rencontrer.
Silène…
13eme sang.

J’espère ne pas vous déranger et…
…Si vous me le permettez, j’aimerai ne plus être grossière en cessant vous espionner… Et… Euh… En vous rejoignant dans votre conversation. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahuizotl
Gangrel
Gangrel
avatar


Feuille de personnage
Statut: Ancien (+3)
Réputation: Assagit (+1), irrationnel ( -1 )
Points de sang:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 18:24

Ahuizotl avait relaché son attention sur la "femme" qu'il dévisageait il y a encore qelques instants pour parler sérieusement avec Jonathan Livingstone. Quand elle vint les interrompre alors, il fut surpris et afficha comme un dégout en voyant de si près la laideur de cette femme. Il essaya de se contenir, par respect pour la pauvre silène mais il savait qu'elle avait perçu son attitude et en fut gêné.

"Désolé ...heu ... Madame Silène ! Heu .. Vous ne nous dérangez pas ! soyez la bienvenue ! Je m'appelle Ahuizotl, Primogène du clan Gangrel !"

L'accent amerindien était fortement prononcé et à travers certains endroits arrachés du costume, on pouvait percevoir des marques de tatouages qui paraissaient tres anciens. L'odeur de brûlé pouvait se sentir si l'on y faisait vraiment attention et des impacts visiblement de balles trouaient de toutes parts ces vêtement qui paraissaient autrefois d'une bonne qualité.

Il regardait cette "femme" en essayant de rester respectueux mais il ne pouvait s'empecher de chercher ce qu'il y avait de si étrange en elle. Comme une grâce dans cette laideur ... attirante et repoussante à la fois ...


[« Ligote tes sentiments d'une formule,Emprisonne ta douleur d'une ceinture,Le loup qui ne montre jamais son sang par l'autre loup sera laissé vivant. » Otto Manninen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laure Farrida
Sans clan
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 19:18

Les doigts d‘une de ses mains, se relâchent comme un éventail ; La voilà soulagée. Syleen oscille du chef respectueusement, ravie d‘être acceptée ainsi. Elle accentue un délicate grimace en guise de sourire. On pourrait s’attendre à ce qu’elle souffre avec toutes ces blessures sur le visage, mais il semble que la jeune vampire les supporte amplement. Elle est calme, sereine… Une voix embrumée de douceur, elle ajoutera calmement à la présentation du Gangrel :

« Cool… »


Ses yeux clairs et vitreux, comme masqués par des lentilles, scrutaient attentivement son interlocuteur. Avec pudeur, elle jonglait entre lui et le sol, avant de revenir discrètement vers le Ventru.

Si l‘un avait été accueillant, elle eut une montée de crainte pour l‘autre… Après tout, elle n‘était pas une vampire que l‘on présente fier à ses parents. Sauf si ces derniers sont de parfaites abominations ravies de voir l‘apocalypse en face ; Les quatre cavaliers comme quatre cicatrices pour entailler sauvagement l‘innocence, cela pouvait paraitre cruel pour les plus humains des non-morts et terriblement jouissif pour les autres.

Qui vivra verra…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freyrson
Primogène [Gangrel]
Primogène [Gangrel]
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 19:43

Jonathan se tourne du coté de la nouvelle arrivante, s'incline à 35° et mime qu'il hôte un chapeau imaginaire. Sa physionomie et soudain plus avenante, il est souriant et chaleureux si on ne tiens pas compte de la cicatrice qui barre son œil émeraude.

" Dame Silène c'est un plaisir de vous rencontrer, un si bel apport de sang neuf à sa famille doit emplir le cœur du Sénéchal d’allégresse. Mais permettez moi de me présenter, Jonathan Livingston de Genève, mais vous pouvez m'appeler Le Goéland.

Jonathan baise la main de la jeune nosfératus comme il était de coutume au siècle dernier. Puis se redresse du haut de ses deux mètres.

Notre discutions vous intéresse ? J'en suis fort aise, je suis heureux de voir des gens qui se sentent impliqués dans sauvegarde de la belle ville de Paris. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ Brujah
Membre du Staff
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 21:33

Elle errait , depuis combien de temps errait elle ? Inpossible pour elle de le savoir, à présent le temps filait de façon chaotique . Elle avait chercher ses semblables en vain; encore malhabile et pataude , elle n'arrivait que difficilement à se déplacer , en tout cas là où elle le désirait . Mais sa volonté était grande, elle l'avait d'ailleurs toujours été... De son vivant , puis au court de sa non-vie et encore aujourd'hui où elle était définitivement passée de l'autre coté . Finalement elle arrive au Louvre , à la recherche d'un frère, et c'est une soeur qu'elle trouva , attiré qu'elle était par cette jeune femme qui brillait tel un phare dans un monde de brumes opaques. ELle arriva à son niveau ; puis se rappela qu'elle ne pouvait la voir, comment le pourrait elle ? Elle baissa alors les yeux, ses épaules tombant en signe de désespoir ....

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laure Farrida
Sans clan
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 23:12

« Ravie monsieur…
… Le Goéland. »


Syleen fut surprise par l’attention galante de Jonathan. Elle portait ses gants de cuir noir d’une part, et d’autre par elle ne s’attendait pas à ce qu’un vampire au sang bleu la traite comme une de ses paires. Elle avait l’habitude et au mieux la tape sur l’épaule. Mais la répugnance qui suintait de ses pores, pouvait effrayer plus d’un gentleman.

Charmée, elle se révèle plus nerveuse. Mal à l’aise, piétinant quelque peu… Elle trouve une stabilité en prenant place sur un siège entre les deux Caïnites. Le dos et le port de tête droit, l’immaculée couleur de ses iris se perdent dans les ombres créées par l’éclairage ambiant. Il lui faudra quelques secondes et quelques haussement de poitrine pour retrouver le flegme nécessaire à l'entrevue.


« Effectivement, votre discussion m’intéresse. Comme la survie de mon sang, il faut savoir prendre ses responsabilités pour le protéger. Par conséquence, sa survie dépend de celle de la famille… De sa mémoire et de ses traditions. »

Passant une main sur sa nuque, elle se masse légèrement la base du crâne. Alternant son regard entre le Gangrel et le Ventru, sa douceur ne dissimule pas un certain franc parler :

« Ce sont des raisons purement égoïstes qui m’amènent à proposer mon aide. Si celle-ci s’avère utile… Tant mieux. »

Syleen cligne des yeux… Une seconde d’absence… Quelque chose venait de la troubler comme une idée surgissant dans les sillons de sa cervelle. Le silence fractionné change alors le rythme et son débit de parole :

« A ce propos… Je…
Je voulais… Me renseigner un peu plus sur la situation. »


Elle revient rapidement sur ses deux ainés, un bref rictus nerveux… Une esquisse bâtarde de sourire.

« …Sur les tenants, les aboutissants, l’adversité et l’urgence du moment… Euh... »

Essayant de rester naturelle, elle essaye de remettre sa capuche sur le haut de sa tête. Comme si elle voulait tout de même cacher au maximum la profonde disgrâce de son aspect.

« Il semble qu’il y ait eu de la violence… »

Ses yeux regardent dans le vide, dans la direction de l’errant… Celui qui s’est perdu. Elle l’a vu.
Ses yeux l’observent. Il lui fallait du temps pour réaliser qu’elle ne rêvait pas… Comme à chaque fois.
Bien consciente qu’elle serait peut être seule à le voir, elle lui fit un signe. Les doigts engourdis, elle se frotte les mains pour déraidir ses gants.
Puis elle achève cette gestuelle, pourtant anodine, par un papillonnement des doigts.
Elle élargit alors son sourire. Un large sourire, qui pour une fois ne semblait pas tronqué par ses difformités.
Elle lui sourit. Elle sourit à l’errant comme l’inviter à se délasser.


« Ici… Tout est calme. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freyrson
Primogène [Gangrel]
Primogène [Gangrel]
avatar


MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 23:27

" Ha ma chère amie ! Le calme après la tempette, qui n'est autre au final que le calme avant la prochaine... Au final, qu'es ce que la paix ? "

Son regard est soudain plus triste.

" L'entre deux guerres... et la guerre ne change jamais... {murmure} War... War never change... "

Jonathan sort de sa rêverie.

"Excusez moi, j'étais songeur. permettez moi de vous parler franchement, la ville est cernée d'ennemis mais elle tiens bon grâce à la puissance de notre révérée Reine et de tout les héros dont elle à su s'entourer. Ils ont attaqués à plusieurs reprises, sont parvenu à s'emparer de territoire... mais au final, les valeurs de la Camarilla ont triomphé "

Il la regard d'un air bienveillant.

" Vous dite suivre un but égoïste de survie, mais dans notre monde quand on veux survivre on s'assure de la survie de tous... car c'est le nombre et la diversité qui nous rend fort. "

Jonathan se rapproche près de l'oreille de la nosfératus, visiblement indifférent à son aspect.

{murmure} "Le primogène Gallus et moi-même formons une coterie à cet effet, et si vous voulez vous faire une place rapidement dans cette ville, n'hésitez pas à venir me voir ou me contacter."

Il lui glisse une carte de visite dans la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahuizotl
Gangrel
Gangrel
avatar


Feuille de personnage
Statut: Ancien (+3)
Réputation: Assagit (+1), irrationnel ( -1 )
Points de sang:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   Mer 18 Juil - 23:37

Ahuizotl observait les mimiques et les gestuelles de Syleen avec une certaine incompréhension devant ce comportement vraiment anormal. Il essayait toutefois de suivre le sens de ses propos sans trop se laisser distraire.

"Paris est en guerre et nous essuyons des batailles ouvertes depuis quelques nuits maintenant. Meme l'Elyseum a été le theatre de la bataille de la nuit dernière alors que nous voulions rendre hommage à nos morts."

Cette dernière phrase était prononcée de manière superficielle à la différence de la première qui laisser entrevoir l'implication du Gangrel. En effet, cette cérémonie devait lui enseigner la façon dont on honorait les morts et il n'en a garder qu'une idée confuse ou rien n'avait été solennelle ni collectif mais plutôt un recueillement personnel plus ou moins affligeant.

L'image qu'il avait de la camarilla était bien noire mais la situation de crise était peut etre la cause de l'eclatement de cette soit disant grande famille que composaient ces 7 clans ...

Il semblait chercher ces mots, repensant à ce qui venait de se jouer quelques minutes auparavant avec les deux membres du clan Ventrue.

"Nous allons devoir faire un effort pour mettre de côté nos objectifs purement égoistes pour agir tous ensemble."

Là encore, il paraissait ne pas trop y croire et cela se traduisait dans sa voix ... Mais pour finir, il regarda Syleen droit dans les yeux avec cette fois une froide determination et une voix souveraine.

"Si nous voulons sauver cette ville, nous allons devoir nous battre jusqu'à ce que le dernier espoir soit épuisé ..."


[« Ligote tes sentiments d'une formule,Emprisonne ta douleur d'une ceinture,Le loup qui ne montre jamais son sang par l'autre loup sera laissé vivant. » Otto Manninen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le petit salon 14/02   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le petit salon 14/02

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le petit salon
» petit salon occupé
» Le petit Salon [16/02/2012]
» Réunion Ventrue au fond du petit salon 10/02
» le petit salon 06-02

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paris By Night ~ Chronique de l'Ombre ~ :: Paris :: 1 er, 2 ème, 3 ème et 4 ème arrondissements reservés au prince de la ville (appelés la cour) :: Le Louvre :: Le petit Salon [Rez de Chaussée] :: Archives-