AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Déambulation de deux dandys dans Paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Henri d'Estirac
Harpie [Toréador] (PNJ)
Harpie [Toréador] (PNJ)
avatar


MessageSujet: Déambulation de deux dandys dans Paris   Mar 5 Nov - 2:38

[l'Antichambre]

Henri avait mené Lucien d'un pas vif vers le boulevard Henri IV en délaissant le quartier chaud de Bastille, affreusement populaire et odieusement populeux au goût du vieil aristocrate. C'était là que toute la faune nocturne se retrouvait, des junkies aux touristes en goguette. Ce n'était décidément pas  le genre de personnes avec lesquelles il aimerait converser. Et puis Lucien avait été assez clair dans ses desiderata: plus de "lâcher de pétasses" comme il le disait si bien ou d'imbéciles avinés.

Ils traversèrent l'île Saint-Louis en empruntant le pont de Sully. Ce fut l'occasion pour Henri d'expliquer qu'il avait connu ledit pont alors qu'il n'avait été qu'une passerelle, que sa traversée était fort malaisée ce qui permettait à quiconque de mal intentionné de se cacher dans l'ombre pour sauter en travers de la chaussée pour réclamer un droit de péage sous la menace d'une arme. Bien entendu depuis les travaux d'Haussmann les carrosses pouvaient plus aisément circuler. Les automobiles aussi.

Il descendirent quelques marches et rejoignirent les quais de Seine déserts à cette heure tardive en se dirigeant vers l'Ouest. Henri appréciait ces vieux quartiers touristiques dont certains avaient conservé leurs bâtiments originels. Il observait plus particulièrement l'île Saint Louis qu'il avait l'habitude d'admirer par l'autre rive de la Seine. A chaque pas sur le pavé des quais lui revenait en mémoire des souvenirs que son esprit avait remisé depuis belle lurette. 

"Aujourd'hui l'on voit une seule île mais autrefois il y en eut deux. Si! Je vous l'assure! L'île Notre Dame et l'île aux Vaches. Cette dernière appartenait aux chanoines qui ne voulaient point la céder. Ce fut une belle partie de bras de fer entre le Roi, le Parlement et l'Eglise, une véritable affaire d'Etat en pleine guerre avec l'Espagne. Finalement le chenal entre les deux îles fut comblé et de véritables palais furent construits. Je ne compte plus les grands noms que j'ai fréquenté qui y avaient une résidence. L'endroit est calme mais fort dispendieux car si je suis leur contemporain, ces maisons ne sont pas aussi solides que moi qui me suis bonifié comme le bon vin." 

Si Lucien voulait du calme, c'était manqué. Henri ne cessait de parler pour meubler le silence et puis il aimait tant entendre le son de sa propre voix, c'est si agréablement mélodieux.


Tenue de ce soir: Costume anthracite, carré de soie blanc, manteau en cachemire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien
Ventrue
Ventrue
avatar


Feuille de personnage
Statut: Ancillae (+2)
Réputation: Diplomate (+1), Séducteur (+1)
Points de sang:
10/12  (10/12)

MessageSujet: Re: Déambulation de deux dandys dans Paris   Mar 5 Nov - 9:59

[ Arrivée de l'Antichambre ]
 
Ils se dirigeaient vers les quais de Seine et chaque pas semblaient éveiller un souvenir chez le Gascon qui se changeait en véritable guide touristique. Cette pensée lui tirait un léger sourire mais il n'avait rien de moqueur. Il écoutait avec attention son ami qui partageait quelques souvenirs avec lui et en ressentait un plaisir simple qu'il ne dissimulait en lui offrant en retour un sourire sincère.
 
" Vous avez l'air d'avoir vécu nombre d'aventures, dont le changement de paysage de notre bonne vieille paris. Discuter avec vous est toujours très instructif mais je ne vous cache pas que je serais aussi très friand que vous me contiez quelques-unes de vos folles aventures où, je suis sûr, vous n'avez pas manqué de briller par vos paroles et vos actes."
 
Lucien fixait le Toréador avec un regard qui en disait long sur sa curiosité. Puis il regardait derrière eux avant de revenir sur Henri.
 
" J'avais oublié de vous prévenir. Nous sommes suivis mais inutile de vous en préoccuper. Il s'agit de Lieta et sûrement que Steven n'est pas loin avec la voiture pour le moment où nous souhaiterons rentrer ou si tout simplement des évènements nécessaitaient une retraire expéditive."


Tenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri d'Estirac
Harpie [Toréador] (PNJ)
Harpie [Toréador] (PNJ)
avatar


MessageSujet: Re: Déambulation de deux dandys dans Paris   Mar 5 Nov - 23:48

Henri adressa un sourire lumineux à Lucien. Le Gascon parlait souvent à tort et à travers surtout pour meubler le silence. Rarissimes étaient ceux qui trouvaient sa géniale personne intéressante; au mieux le commun des caïnites décrochait de son flot de paroles à un moment ou un autre pour songer à autre chose. Mais pas Lucien. Lui l'écoutait et voulait l'entendre encore. C'était merveille! Et il voulait d'autres récits! Le brave Henri fouissait dans sa mémoire afin de lui conter un souvenir croustillant lorsque le Ventrue lui donna l'occasion de rebondir.


"Oh, monsieur Rousselet, vous êtes comme les Grands d'antan, suivi et surveillé par vos fines lames. Vous vouliez une histoire? Eh bien vous m'en fournissez l'occasion."

Les poings sur les hanches, il fut secoué par un rire léger et sincère. Puis il fit signe à Lucien de marcher à ses côtés, poursuivant leur promenade.


"Saviez-vus que dans ma vie d'avant, lorsque je respirais l'air empesté de Paris, j'étais moi-même un reître chargé de surveiller un maître puissant? Je ne fus point poète, je préférais la gaudriole aux vers. J'eus l'honneur de servir en tant que cadet de Gascogne le duc de Rohan puis le cardinal Mazarin. Oh, je vous gage que cela ne fut point de tout repos, la période était fort troublée et Paris était souvent secouée d'une fièvre populaire. Les menaces des rebelles du Parlement et de la noblesse faisaient trembler l'entourage du roi. La période était instable, les ennemis nombreux puisque chaque Grand avait sa propre garde personnelle. Il était d'usage d'aller en duel pour des broutilles, comme de saluer la belle d'un rival ou ne point le faire. J'ai la gloire d'avoir remporté quelques escarmouches à l'épée. Hélas la dernière me fut fatale. Enfin plus ou moins..."

Il eut un geste désinvolte de la main. L'important était d'être là malgré les siècles.


"Avec un peu de chance notre escorte connaîtra la même félicité que nous. Et vous-même, qu'étiez-vous avant tout cela?"

La question était désintéressée, au mieux mue par la curiosité. Henri n'avait pas la nature d'un Nosferatu friand de secrets qu'il pourrait revendre à tout va.


Tenue de ce soir: Costume anthracite, carré de soie blanc, manteau en cachemire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien
Ventrue
Ventrue
avatar


Feuille de personnage
Statut: Ancillae (+2)
Réputation: Diplomate (+1), Séducteur (+1)
Points de sang:
10/12  (10/12)

MessageSujet: Re: Déambulation de deux dandys dans Paris   Mer 6 Nov - 10:23

Lucien se sentait l'âme d'un enfant émerveillé devant cette anecdote que lui contait Henri. Le Gascon avait vécu ce qui, pour lui, n'était que fiction et il l'imaginait déjà sauté de toits en toits poursuivi par une poignée de personnages peu scrupuleux dans l'unique but d'aller défendre les opprimés et briller devant une belle qu'il séduirait une fois l'histoire résolue. Son visagre radieux exprimait parfaitement l'entrain que ce récit avait provoqué et le Toréador pouvait presque deviner où son imagination l'avait conduit.

" Que j'aurais aimé être à vos côtés à cette époque. Corriger des fiéffés coquins d'un bon coup de botte dans le derrière ou au fil de l'épée, user de beau langage pour ridiculiser certains scélérats  sans morale ou pour séduire une dame... surtout si son galant estimait que son rang suffisait pour avoir le droit de la délaisser.

Le Ventrue s'égarait dans de nouvelles histoires qui les auraient vu faire trembler les marauds et les dandys un peu trop «coincés».  Quelques instants filaient où il aurait sûrement soupiré d'un air rêveur s'il respirait puis il relevait les yeux sur son ami pour répondre.

" Je crains malheureusement de n'avoir vécu une vie aussi palpitante. J'étais le fils unique d'une famille bourgeoise de Paris et je vivais une vie tout à fait normale jusqu'à la Seconde Guerre mondiale où j'ai perdu mes parents qui étaient restés en France alors qu'il avait réussi à m'exiler vers les états unis. Le choc des cultures fût assez brutal pour un enfant gâté comme moi qui se retrouvait sans le sou à vivre dans un orphelinat de la banlieue de New York mais je ne regrette rien car ce sont les personnes que j'ai rencontré là-bas et surtout mamie qui m'ont permis de devenir la personne que je suis aujourd'hui.

J'ai ensuite vécu un temps à Las Vegas où j'amassais gloire et fortune puis j'ai beaucoup voyager pour trouver de nouvelles tables mais je n'ai jamais oublié l'orphelinat et veille encore aujourd'hui à ce qu'il ne manque de rien."

Il haussait vaguement les épaules et souriait.

" Rien d'aussi épique que vous mon cher."


Tenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri d'Estirac
Harpie [Toréador] (PNJ)
Harpie [Toréador] (PNJ)
avatar


MessageSujet: Re: Déambulation de deux dandys dans Paris   Mer 6 Nov - 23:54

Lucien était presque un nouveau né selon les critères d'Henri. Il en fut fort surpris car ses manières et son parler lui rappelait la Belle Époque; cependant ses références au monde des médias l'ancraient dans la contemporanéité. Décidément, Henri devenait une antiquité rare, un trésor historique que l'on ferait mieux de conserver dans une vitrine du Louvre pour le préserver. Heureusement que l'on ne pouvait l'empailler!

Lucien avait une vision romantique du XVIIème siècle certainement inspirée par les films en noir et blanc de cape et d'épée où le jeune premier à force de rebondissements retrouvait sa belle enlevée par des brigands. Rien n'était moins faux. Mousquetaires du roi et agents du Cardinal étaient de véritables soudards qui enlevaient les filles plus ou moins consentantes pour faire leur affaire et s'en vanter auprès de ses camarades attablés autour d'un pichet de mauvais vin coupé d'eau dans une taverne miteuse. Inévitablement, le frère, l'oncle ou le père demandait réclamation pour l'honneur de la demoiselle et les choses tournaient parfois mal. Mais il ne protesta pas et laissa Lucien dans l'illusion puisque cela lui donnait le beau rôle en incarnant une sorte d'Errol Flynn.

Il écouta le Ventrue avec attention. Certains des leurs rejoignaient la Famille de par leur hérédité et d'autres grâce à leurs talents. Selon toute vraisemblance, Lucien appartient à la seconde catégorie en ayant brillamment tiré son épingle du jeu. Ce qui est certain, c'est qu'aucun Roy ne rejoint son clan par pur hasard. Il réagit lorsqu'il entendit que sa vie était palpitante. Hélas, ce n'était pas un tourbillon de fêtes tous les jours.

"Dieu! Vous croyez que ma vie entière fut palpitante? Parfois je m'ennuyais tellement que je suis entré en torpeur de longues années. La dernière fois que je fus conduit à cette extrémité fut pendant la Grande Guerre. Quelle boucherie! Tant de gens massacrés aux obus et à la mitraille. Même plus de charge sabre au clair! L'armée s'est perdue, ce n'avait plus rien à voir avec les compagnies d'antan. Je me souviens lorsque nous luttions au corps à corps, armés de nos épées et nos mousquets qui manquaient d'exploser et nous arracher la tête. Il y avait biensûr des blessés et des morts mais bien moins que pendant ces horribles guerres modernes."

Puis il se rappela que Lucien avait perdu sa famille durant la Seconde Guerre Mondiale. Ce discours n'était pas un faux pas, c'était une faute. Repentant, il s'excusa auprès du Ventrue.


"Je suis désolé, mes mots sont tombés mal à propos et vous ont certainement remémoré de douloureux souvenirs. J'espère que vous saurez pardonner l'emportement d'un vieux Gascon qui a perdu toute sensibilité au fil des ans."


Tenue de ce soir: Costume anthracite, carré de soie blanc, manteau en cachemire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien
Ventrue
Ventrue
avatar


Feuille de personnage
Statut: Ancillae (+2)
Réputation: Diplomate (+1), Séducteur (+1)
Points de sang:
10/12  (10/12)

MessageSujet: Re: Déambulation de deux dandys dans Paris   Jeu 7 Nov - 9:56

Lucien était plus moins dupe sur sa propre vision des choses mais préférait rester sur ce tableau haut en couleur où il s'imaginait vivre quelques aventures avec le Toréador qui assurément serait le guide idéal.
 
Le Gascon répondait ensuite à ses propos et il l'écoutait attentivement discourir sur l'évolution de la guerre à laquelle il avait assisté et notamment sur l'armement employé qui était devenu bien plus destructeur. Henri s'excusait pour la référence qu'il avait choisie et le Ventrue agitait la main avec un sourire pour lui faire comprendre qu'il n'y avait rien de grave à ça.
 
" Je ne vous en tiendrais pas rigueur et j'apprécit cet égard mon ami. Rassurez-vous, bien que triste, c'est un souvenir lointain et de toute façon je ne suis pas de ceux qui se morfondent sur le négatif et je préfère voir toutes les choses positives qui en ont résultés. Nombreux sont ceux qui ont comme moi tout perdu à cette époque mais qui n'ont pas eu la chance de pouvoir se relever comme je l'ai eu alors je ne me perdrais jamais en lamentations concernant ce sujet."
 
Il enterinait tout ça d'une tape amicale sur l'épaule de son compère pour insister sur le fait qu'il n'y avait aucun souci.


Tenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri d'Estirac
Harpie [Toréador] (PNJ)
Harpie [Toréador] (PNJ)
avatar


MessageSujet: Re: Déambulation de deux dandys dans Paris   Jeu 7 Nov - 14:03

D'Estirac fut ravie de l'attitude positive de Lucien. Quelque part il se reconnaissait en lui, il y a fort fort longtemps.


"Oh, mais je ne doute pas que ce sont ces qualités personnelles qui ont fait de vous l'homme que vous êtes présentement. Lorsque l'on doit vivre des décennies, mieux vaut avoir l’œil rivé vers un objectif et s'y fixer, qu'importe les obstacles que Dame Infortune mettra sur votre route. La mienne fut chaotique, la vôtre le sera certainement. Surtout si comme moi vous êtes un risque-tout sur le tapis vert."

Henri eut alors un petit rire joyeux.

"Je n'ai pas été langé dans du linge de brocart orné de fine dentelle d'Alençon. Non point. Notre domaine était modeste, notre château -si tant est que cela en soit un- ressemblait à une grosse ferme. Je jouais dans la fange sabots aux pieds. Qui le croirait en me voyant aujourd'hui? J'étais sale et débraillé et rappelons-le, l'éducation de cette époque était loin de celle préconisée par Jean-Jacques Rousseau. Par chance je résistais aux maladies puis à douze ans je fut envoyé à Paris par la chaise de poste avec une lettre de cachet pour seul bagage. Imaginez-vous à l'époque l'écart entre la rustique Gascogne et Paris? Au moins un siècle de mode et deux d'élégance. J'entrais dans un autre monde où ces gens du Nord ne parlaient guère la même langue que moi. La prononciation et les intonations différaient tant... Et puis je l'avoue à ma grande honte je mélangeais des mots de patois. Fort heureusement nombre d'entre nous résidaient à Paris. Je rejoignis un oncle que je n'avais jamais rencontré qui était lame de en la maison de Rohan et décidais de m'adapter à ce monde étrange. Vous voyez, à quelques siècles d'écart nos destins ne sont guère différents." 


Il rendit sa bourrade à Lucien. Tout comme son aîné, un avenir épique se dessinait devant lui. C'était le privilège de de ceux d'entre eux qui avaient su surmonter les épreuves de l'enfance pour s'épanouir dans la non-vie.


Tenue de ce soir: Costume anthracite, carré de soie blanc, manteau en cachemire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien
Ventrue
Ventrue
avatar


Feuille de personnage
Statut: Ancillae (+2)
Réputation: Diplomate (+1), Séducteur (+1)
Points de sang:
10/12  (10/12)

MessageSujet: Re: Déambulation de deux dandys dans Paris   Jeu 7 Nov - 17:08

Lucien affichait un petit sourire amusé qui n'avait de cesse de s'étirer lorsque Henri faisait référence à leur parcours.
 
" Je ne vous cache pas qu'il déjà fait partie intégrante de mes aventures. Et vous serez peut-être surpris, ou pas, de savoir que c'est en compagnie d'humains et non de nos frères qu'elles furent le plus chaotique ! Mais je ne regrette rien et ne changerais rien d'un poil même si on m'en donné le pouvoir. Chacune d'elles sont autant de bons souvenirs. Je suis prêt à parier qu'il y en aura beaucoup d'autres et j'espère bien en partager avec vous."
 
Henri évoquait ensuite sa jeunesse et le Ventrue se sentait honoré que son ainé se dévoile ainsi à lui. Attentif, il hochait légèrement la tête à mesure que le récit avancé comme si ça ne l'étonnait qu'a moitié d'apprendre les origines du Toréador.
 
" Cela ne m'étonne qu'a moitié je dois bien avouer. L'esprit combatif dont vous faites preuve par votre verve et votre plume m'ont toujours laissé penser que vous aviez dû vous faire votre place et que rien ne vous était acquis à la naissance. Ca ne vous rend que plus admirable mon ami et je vous respecte sincèrement pour ça."
 
Il s'amusait d'avoir le même genre de sensation que devant son mentor. Le Gascon et son Sire se ressemblaient sur bien des points et ça augurait de bons moments de franche camaraderie.
 
" Dieu que je peux haïr notre malédiction parfois. Quand j'ai l'impression que la soirée débute enfin et que je commence à y prendre plaisir, je sens le sommeil me gueter. Je ne vais pas tarder à devoir regagner ma demeure. Voulez-vous que je vous dépose ou que je vous invite si vous craignez pour votre sécurité au Louvre ?"
 
Inviter un autre caïnite à son refuge était imprudent en temps normal mais à sa manière Lucien lui témoignait sa confiance.


Tenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri d'Estirac
Harpie [Toréador] (PNJ)
Harpie [Toréador] (PNJ)
avatar


MessageSujet: Re: Déambulation de deux dandys dans Paris   Jeu 7 Nov - 19:54

Son ami le complimenta encore, c'était un baume bien agréable qui le ravissait, néanmoins il décida de lui répondre. S'il voulait le faire honnêtement, d'Estirac aurait pu avouer qu'il n'était qu'un épicurien opportuniste qui avait eu beaucoup de chance par le passé. Mais il était aussi un narcissique très fier de son sang bleu, et c'est ce côté de sa personnalité qui répondit.


"Vous vous trompez monsieur. Certes, je n'ai pas eu grande fortune mais appartenir à la noblesse, même minime et désargentée ouvre bien des portes ici comme à l'étranger. J'ignore pourquoi, le mélange de belles manières et d'un nom ronflant impressionne toujours les mortels. Les hautes sphères de la France démocratique aiment encore à fréquenter la noblesse; chaque arriviste orgueilleux y voit une sorte de consécration sociale et a l'impression d'avoir atteint le sommet de la pyramide." 

Ce qui était faux. Le haut de l'échelle sociale c'était selon Henri la praxis dont le point culminant était le siège du Prince. D'ailleurs lui-même de par son Sire appartenait à la crème de la crème de la Camarilla.


"Oh! Votre offre est d'une grande générosité mais je ne voudrais surtout pas vous importuner par ma présence. Les vieilles carcasses telles que la mienne sont parfois bien encombrantes. La politesse m'oblige à refuser votre offre si je représente une quelconque gêne pour vous."

L'offre que lui faisait Lucien était un grand honneur. Rares sont les vampires qui ouvrent spontanément leur porte à d'autres. Bien qu'ils s'apprécient beaucoup, le Toréador savait qu'il contractait une dette envers le Ventrue et qu'il faudrait la payer un jour. Mais d'un autre côté la mesquinerie du Gardien durant la soirée l'avait inquiété. La balle était dans le camp de son interlocuteur et s'il insistait, Henri le suivrait.


Tenue de ce soir: Costume anthracite, carré de soie blanc, manteau en cachemire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien
Ventrue
Ventrue
avatar


Feuille de personnage
Statut: Ancillae (+2)
Réputation: Diplomate (+1), Séducteur (+1)
Points de sang:
10/12  (10/12)

MessageSujet: Re: Déambulation de deux dandys dans Paris   Jeu 7 Nov - 23:05

Lucien avait un petit rire aux déclarations du Gascon qui ne cessait jamais de le surprendre.

" On pourrait comparer ça à une partie de poker grandeur nature bien que l'enjeu soit quelque part assez pauvre de mon point de vue. Heureusement que vous êtes là pour relever le niveau plutôt pauvre des participants actuels."

Il fixait Henri avec une mine de renard, le regard plissé. Cette discussion avait complètement relégué cette catastrophique soirée à l'état de lointain souvenir.

Il affichait néanmoins une mine plus sérieuse pour revenir sur le sujet de l'invitation.

" Je ne vous aurai pas fait cette proposition, même par politesse, si ça devez être le cas. C'est avec plaisir que je vous ouvre les portes de mon Penthouse. Il est suffisamment spacieux mais si vous souhaitez un peu plus d'intimité je peux vous mettre à disposition l'étage en dessous du mien. Lieta et Steven assureront votre sécurité comme s'il sagissait de la mienne, je m'en porte garant."

Le Ventrue s'inclinait lui proposant une alternative qui lui garantirait tout le «fast» et le calme que pourrait souhaiter l'Ancien.


Tenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri d'Estirac
Harpie [Toréador] (PNJ)
Harpie [Toréador] (PNJ)
avatar


MessageSujet: Re: Déambulation de deux dandys dans Paris   Ven 8 Nov - 2:53

Henri leva la main droite, sa paume en direction de Lucien comme pour le stopper.


"Assez, assez, je cède, je ne veux point vous offusquer par mes préciosités. Allons chez vous, mais avant je devrai passer par le Louvre puisque j'ai quelques bagages à récupérer. Rassurez-vous, elles sont déjà prêtes." Henri était un homme prévoyant. C'était aussi un pique-assiette qui avait prévu son coup en trouvant quelqu'un chez qui squatter à défaut d'un hôtel de luxe. 

"Ne sachant pas si le Gardien dans sa grande mansuétude me renverrait du Palais j'avais prévu de fermer mes malles ce matin. L'on est jamais trop prudent." D'ailleurs il ferait en sorte de vider lesdits bagages une fois chez Lucien. "Le vieux soudard que je suis a dormi dans les pires endroits que l'on puisse imaginer. Ne vous inquiétez pas trop pour mon confort, même un placard me suffirait." Sur ce, il emboîta le pas de Lucien.

[Suit Lucien où qu'il aille]


Tenue de ce soir: Costume anthracite, carré de soie blanc, manteau en cachemire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien
Ventrue
Ventrue
avatar


Feuille de personnage
Statut: Ancillae (+2)
Réputation: Diplomate (+1), Séducteur (+1)
Points de sang:
10/12  (10/12)

MessageSujet: Re: Déambulation de deux dandys dans Paris   Ven 8 Nov - 9:08

Lucien souriait avec ravissement de voir céder le vieux Gascon et faisait un signe en direction de Lieta qui les suivaient à distance respectable. Une poignée de secondes plus tard la Bentley venait s'arrêtait à leur niveau et bien entendu c'est Lieta qui ouvrait la porte à Henri après s'être légèrement inclinée avec grâce et légèreté.

" Vous êtes prévoyant. Je pense, à défaut d'un placard, vous mettre à disposition l'étage de dessous comme ça vous pourrez vous y installer avec vos effets le temps qu'il vous plaira et même après cela vous fera un refuge en cas d'urgence dont personne n'aura connaissance."

Une fois tous en voiture le Ventrue indiquaient dans un premier temps la direction du Louvre que le Toréador puisse récupérer ses bagages et s'il y en avait trop il lui proposerait de lui faire parvenir le reste durant la journée par l'intermédiaire de Lieta.

Une fois le problème résolu c'est vers son refuge qu'ils étaient conduits.

[ Direction le refuge de Lucien ]


Tenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Déambulation de deux dandys dans Paris   

Revenir en haut Aller en bas
 

Déambulation de deux dandys dans Paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Avez-vous déjà vu deux blondes dans un magasin ? Maintenant oui... [Jessica Farelly]
» Deux Blondes dans une laverie. [ft. Audrey M. McCarter]
» Le scoop de demain de Paris Match !
» Deux loups, deux Feuilles
» Petite surprise par deux chipies dans le dortoir des garçons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paris By Night ~ Chronique de l'Ombre ~ :: Paris :: 5 ème et 6 ème arrondissements (appelés la torche) :: Les quais de Seine :: Archives-