AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 un banc sur la rue plumet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abigail
Toréador
Toréador
avatar


MessageSujet: un banc sur la rue plumet   Mer 16 Oct - 3:00

Abi avait suivit John silencieuse... qu'avait elle a dire de toute facon... elle était mal, kaoum ne devait même pas savoir... elle se demandait a quoi tout cela servait, mais...si elle arrivait à le dire, peut être que... enfin, peut être qu'elle se sentirait mieux.

Elle marchait au bras de john... elle se demandait comment elle avait fait pour en arriver là... elle se demandait ce qu'elle pourrait bien dire a Kaoum...

puis john la laissa dans la rue... plumet, près d'un banc, elle s'assit et observait les voitures, rares, mais tout de même...

- Mais ... qu'est ce que je fais là...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoum
Nosfératu
Nosfératu
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Mer 16 Oct - 7:47

Kaoum s'avançait vers Abigail heureux de la voir et confiant. Il pensait ne pas la voir de la soirée après qu'elle l'ai boudé au réveil. Mais il était loin, très loin, d'imaginer son état de pensée et ses émotions. Faut dire que des émotions, ça faisait longtemps qu'il n'en avait pas ressentit. Il en était encore à essayer de décrypter ce que Abigail avait éveillé en lui. Mais il avait décidé que c'était de l'amour, et il ne souhaitait qu'une chose : protéger et aimer Abigail.

Il s'approcha donc de sa belle et s'assit à côté d'elle. Il n'avait changé que son physique propre, ne touchant pas aux habits. Ceux-ci étaient des plus galants. Costume noir et bouton noir de rose, veste longue assortie. Il se pencha alors vers Abigail tout sourire et lui murmura.

"Si je m'attendais à te voir ici ma belle. Je t'avoue que c'est une belle surprise."

Il lui sourit. Il était vraiment heureux de la voir. Mais, maintenant qu'il était proche, il percevait quelque chose dans l'attitude d'Abigail qu'il n'arrivait pas à définir.

*Qu'est ce qui se passe ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail
Toréador
Toréador
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Mer 16 Oct - 7:54

Il n'avait pas réfléchit a ce qui s'était passé, il n'avait pas comprit... elle se demanda si ca valait la peine...
elle esquissa un sourire qui ne cachait pas grand chose à son chagrin...

 oui... monsieur Griffin m'a invité a venir te dire un petit bonjour... alors... pour euh... pour pas le laisser faire la ...la ba..balade seul ..je euh..jai marché ...avec lui

elle regarda la rue...

tu as l'air bien... la visite a..a l'élysium c,était bien ? ou tu étais encore en rencontre avec Venise ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoum
Nosfératu
Nosfératu
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Mer 16 Oct - 8:58

Kaoum la regarda une fraction de seconde dans les yeux avant qu'elle ne les détournes pour regarder la rue.

*Ouais quelque chose ne va pas.*

"Non j'étais en réunion de clan avec Venise. Phantom ne venant pas et John étant, semblerait-il avec toi."

Il marqua un temps. Puis, délicatement, caressa puis attrapa le menton d'Abigail pour tourner son visage vers lui. Tout cela en douceur, pour ne pas la brusquer.

"Dis moi ma belle. Qu'est ce qui te trouble ? Quelque chose avec John ? Racontes moi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail
Toréador
Toréador
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Mer 16 Oct - 14:00

ainsi donc, leur rencontre n'était pas obligatoire... puisque phantom lui avait décidé de ne pas venir et que John lui avait le temps de se promener...

elle lutta contre la main de Kaoum et détourna le regard

 - non il n'y a rien avec...avec Monsieur Griffin ! il a ...a été des plus aimable! nous avons discuté et dansé et ri. il pensait juste que..que ...que s'était une..une b..b..bonn..bonne idée que euh que ....que je vienne te.te di..dire bonsoir

bon, elle mentait et difficilement en plus. Elle ne voulait pas l,embêter avec ca de toute façon il ne semblait même pas savoir qu'il avait été brusque et froid et aux yeux d'Abi, cruel... et tout ça pour aller à des rencontres de clan non obligatoire avec Venise... Pourquoi John l'avait amené ici ? oh oui pour qu'elle lui dise...

Elle se leva, tremblante, tenant a peine sur les talons beaucoup trop haut


- Je vais te laisser avec les gens importants... je rentre chez moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoum
Nosfératu
Nosfératu
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Mer 16 Oct - 15:11

Kaoum resta bouche bée.

*Hein ? de quoi . . hein ? Mais qu'est ce que . . *

Il se leva précipitamment et attrapa la main de Abigail la forçant à s'arrêter.

"Mais de quoi tu parles ? Pourquoi tu part ? Des gens plus importants ? Mais que vas tu t'imaginer ?"

Il la lacha se rapprochant d'elle.

"Ma belle. Je ne comprend pas pourquoi tu es si triste. Expliques moi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail
Toréador
Toréador
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Mer 16 Oct - 15:35

Le fait qu'il l'ait laissé aussi rapidement en lui lancant le journal au lieu de prendre 5 minutes pour lui expliqué avait été douloureux pour la rose qui elle avait eu envie de rester près de lui et... de le voir à son concert... mais de savoir que rien de cela ne s'était produit parce qu'il avait une rencontre de clan avec que Venise était encore plus douloureux.

A quoi devait elle s'attendre... c'était toujours la même chose... encore une fois la personne qu'elle aimait avait trouvé mieux... elle l'avait su dès le départ pourtant il a plus d'affinité avec elle... même famille...

 - il n'y a rien a expliquer Kaoum... si t'as pas comprit ... c'est qu'y'a rien a expliquer...

elle se mit a pleurer, même si elle tentait visiblement de se retenir


 - j'ai comprit...

*je vais prendre mon trou, me taire et rentrer...!*


 - ... ca va aller t'inquiète pas... retourne à ta réunion...

elle lui sourit
 - ... une soirée déprimée... ca passe... ca passe toujours non ?!?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoum
Nosfératu
Nosfératu
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Mer 16 Oct - 15:54

Kaoum comprenait de moins en moins. Il était clair et évident qu'elle n'allait pas bien. Et il avait beau remuer ciel et terre dans sa tête il ne voyait pas où ça clochait. Mais il semblait aussi évident qu'elle ne voulait pas en parler quoi que ce fut.

*Bon sang ça va pas ça ! Qu'est ce que je faisais déjà dans ces cas là quand j'étais humain ? Je me souviens plus ! Raaah m'énerve ! Ah si je crois me souvenir.*

Il hésita une seconde puis s'avança vers Abigail et la pris soudainement dans ses bras. Il la serra suffisamment pour la retenir contre lui, mais il faisait attention a ne pas lui faire mal.

"Mon amour. Je ne comprend pas ce qui se passe. Mais tu sembles si triste. Te voir ou te savoir déprimée ne me plait pas du tout. Je t'aimes, et si cet état m'est du je te pris de me pardonner et de vite retrouver le sourire."

Il l'embrassa sur la joue. Puis s'écartant un peu d'elle pour la regarder dans les yeux l'embrassa réellement. Il la regarda ensuite à nouveau. De la tristesse, ou du moins ce qui peut passer pour de la tristesse pour un vampire, se voyait dans ses yeux.

"Je souhaites passer ma vie avec toi. Et pour cela il faut que je penses à ma survie. Avec ce qu'il y a dans les égouts et les . . les problèmes de famille . . je suis un peu sur les nerfs en ce moment. Mais je te promet qu'une fois tout cela calmé je prendrais tout le temps qu'il faut pour m'occuper de toi. D'accord ? Alors s'il te plait, retrouve le sourire. Et sache que je suis toujours disponible si tu as besoin de discuter."

Après cette dernière phrase il resta à la regarder dans les yeux, un sourire aux lèvres, la tenant dans ses bras. Mais son étreinte s'était relaché, Abigail pouvait sentir qu'elle pouvait partir quant elle voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail
Toréador
Toréador
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Mer 16 Oct - 16:16

Il ne comprenait pas...  pourtant... il était responsable de ses choix, de ses actions... pourquoi s'il l'aimait a ce point et la sachant liée a lui, il se permettait de lui faire autant de mal... est ce que ce démon lui donnait le droit de lui faire du mal... oui... surement... de la mettre de côté, de la traiter comme un chien... bah dans le font, ils dorment dans le meme lit, il lui donne a mangé et lui fit un calin de temps a autre... comme un chien... et il l'aime... mais...

elle réfléchissait, baissant la tete, les larmes tombant une a une sur le trottoir... elle se calma... sourit

Elle recula


- oui... quand tout sera mort... on prendra du temps...

et elle le contourna...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoum
Nosfératu
Nosfératu
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Mer 16 Oct - 16:47

Kaoum ne comprenait plus rien.

*Mais bon sang qu'est ce que j'ai fait ? Mais qu'est ce que j'ai encore fais ? Tous mort ? Abi qui dis ça ? Ça va pas ! Ça va pas du tout !*

Il la regarda sidéré le contourner. Cherchant désespéremment dans son esprit et dans ses souvenirs un explication valable à un tel comportement.

jet de l'espoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Mer 16 Oct - 16:47

Le membre 'Kaoum' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dés 10 faces' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampiredeparis.jdrforum.com
Kaoum
Nosfératu
Nosfératu
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Mer 16 Oct - 16:59

Comme un film au ralentit il voyait Abi s'éloigner de lui. Comme un film au ralentit il se repassait la scène du réveil. Comme un film au ralentit il eut une illumination, incertaine certe, mais lumineuse tout de même. Et toujours comme un film au ralentit il tendit à nouveau la main pour la retenir et parla.

"Tu m'en veux pour ce matin ? Par ce que j'ai du partir rapidement ? C'est ça ?"

Sa voix c'était faite petite, incertaine, suppliante si on écoutait bien. Il cherchait à comprendre ça se voyait. Mais les histoires de sentiments . . . ben c'était pas son truc. Il communiquait mieux avec les machines déjà quand il était humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail
Toréador
Toréador
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Mer 16 Oct - 17:19

il attrapa sa main, et il s'excusa pour son comportement du matin... mais n'avait pas comprit... elle se tourna... le regarda...

 - que tu es eu a partir malgré que j'avais envie d'etre avec toi avant mon concert et... pendant parce que je ne t'y vois jamais alors que tu dis aimer ma musique... c'est une chose... c'est blessant mais je comprend !

elle reprit sa main

- c'est le journal lancé pour répondre a ma question alors que tu m'avais promis de toujours être là pour répondre...  c'est que tu me traite comme ton chien quand tu fais ca... c'est que c'est plus important de rejoindre venise alors que pour John et surtout pour phantom visiblement c'est pas si important ou urgent. Je comprend que tu veuilles retourner rapidement vivre en dessous... chez moi c'est petit et tu dois en avoir plus qu'assez de vivre entre les souliers les robes et le truc pas important que je suis ... je comprend ca. que tu veuille te battre contre un démon qui a déjà tué certains des nôtres c'est ton choix ... mais ca me fait peur et ca me blesse. je me sens rejeter... encore et par toi c'est plus douloureux que par tous les autres...-

Elle recula de quelques pas


- fais ce que tu veux... mais tu avais promis d’être là, de répondre à mes questions... tu m'as empêché de mourir... tu m'as fait miroité un espoir...

elle se tut... elle avait mal et le dire ne changerait rien, elle en était convaincu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoum
Nosfératu
Nosfératu
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Jeu 17 Oct - 10:26

kaoum resta planté comme un abruti, les yeux écarquillés. Au moins là il pouvait pas dire qu'il ne savait pas de quoi il en retournait. Et ça lui posait un sérieux dilemme. D'un côté, il devait assister à une réunion de clan qui avait de fortes chance de leur donner une avancer dans la résolution de leurs problèmes. De l'autre, il se devait de réconforter Abigail et trouver un moyen de se faire pardonner. Il réalisa soudainement que le temps où il pouvait faire ce qu'il entendait quant il l'entendait était finit. Il se devait d'ajouter la variable Abigail à l'équation qui en devenait franchement compliqué.

Il se passa la main sur le front soumis à cette équation presque insoluble pour lui.

*Bon, une chose à la fois.*

Il se rapprocha d'Abigail et lui prit les mains dans les siennes.

"Ma belle. Je . . je ne m'étais pas rendu compte que mes actions t'avaient tant blessé . . j'en suis réellement désolé. Comprend moi . . j'ai vécu seul, caché dans les souterrains, pendant des 10aines d'années. J'en ai oublié je crois les fondements des relarions entre les gens."

Toujours l'ai désespéré de trouver une solution valable il la regarda dans les yeux.

"Si je t'avais laissé le journal, c'était pas du tout pour te traiter comme un chien voyons. Mais justement pour honorer ma promesse. Je . . je voulais te montrer un moyen de t'informer de ce qui se passe dans notre monde. Si . . si j'ai été brutal sans le savoir je m'excuse. Je voulais seulement t'aider."

Toujours perdu. Trouvant que ses mots devaient sonnés creux aux oreilles d'Abigail, il s'assit sur le banc.

"Désolé . . ."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail
Toréador
Toréador
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Jeu 17 Oct - 15:14

Elle avait tout dis... presque... et il restait là, comme un idiot, embêté... elle venait de le blesser ? de le contrarier ? de... elle n'était pas certaine, elle n'était même pas certaine qu'il eut comprit.

puis il se mit à s'approcher et à parler et... a demander pardon...lui donnant une raison qui pour abi ne voulait pas dire grand chose. elle pouvait a peine imaginer que l'on pouvait vivre seul et le vouloir, pour elle la relation avec l'autre était vital, l'élément désiré et qu'on tentait de lui soutirer...

Elle se devait de pardonner... comme elle avait fait avec Elea, elle le savait, elle savait que ce que moralement et socialement elle devait faire s'était de pardonner... elle savait aussi qu'elle l'aimait... et ce plus que lui l'aimait... elle resta silencieuse...

et l'histoire du journal revint sur le tapis
 - Je lis le journal Kaoum... tout les soirs...souvent plus tard surtout les vendredis et samedis car j'ai des concerts... si j'ai posé la question c'était pas pour que tu me lance le journal... s,était pour passer plus de temps avec toi ! Je ne suis pas aussi idiote que tu sembles le croire, il y a des trucs que je sais faire par moi même...comme lire le journal, comprendre les gens, expliquer les grandes théories de l'histoire de l'art, fouiller dans la maison pour retrouver le numéro de téléphone perdu ou...Ce que je voulais, c'était passer un peu plus de temps ...avec toi... j'en avait besoin...

Elle l'observa, il était embêté, n'avait pas résolu le problème.. elle lui sourit triste ... terriblement triste

 - c'est simple... rejoint ton clan, fait ce que tu as a faire... tu pourras revenir me voir ensuite... je suis blessée, en colère, jalouse, j'ai peur... je me sens rejeté... mais tu sais que le lien qui nous unit fait qu'au final je pardonnerais tout... Je t'aime Kaoum, je t'aime tant... c'est ce qui fait que ca fait plus mal que lorsque c'est les autres

La jeune rose tremblait de plus en plus
... tu as un avantage sur moi...
elle sourit, repensant à la métaphore du chien... aux mises en garde d'Ivan...
... tu tiens la laisse d'un chien amoureux de toi... ne tire pas trop sur la corde... pitié...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoum
Nosfératu
Nosfératu
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Jeu 17 Oct - 18:17

*raisonne Kaoum raisonne. Tu as là un problème d'un genre nouveau c'est tout. Pas de panique tu trouveras la solution. Elle est perdu, semble blessé et seule. Elle veut te voir donc potentiellement un rapprochment ou une promesse de se voir pourrait marcher. Mais elle est jalouse, de qui ? La seule que je vois c'est Venise. Idiot ! Mais probable. . . non certain ! Ok donc si je mentionne Venise ça va pas le faire. Réfléchis bon sang réfléchis. Elle se sens seule, rejeté, veux me voir et jalouse. La meilleure des solutions serait de l'amener à la réunion. NON ! Hors de question, trop dangereux ! Pas nécessaire ! La voir plus tard ? Oui je le voulais de base de toute façon. Ok on va faire ça.*

Kaoum réfléchissait à toute vitesse. Il avait trouvé une solution qu'il espérait être la bonne. Il se rapprocha d'abigail et lui repris les mains.

"Écoute mon amour. Je t'ai entendu. Il est vrai que mon travail m'a pris beaucoup de temps dernièrement. Plus que je ne le souhaiterais moi même. Mais comprend que je fais ça pour notre bien à tous les deux et pour ceux que je considères comme ma famille, les masques."

Il se rapprocha encore un peu, attirant Abigail contre lui.

"Je ne souhaites ni prendre avantage sur toi, ni te faire souffrir. C'est même tout le contraire, car toi aussi tu as un avantage sur moi."

Il lui fit un sourire et déposa la main d'abigail là où aurait dû se trouver son coeur.

"Ce coeur qui ne bat plus c'est par ce que c'est toi qui me l'a pris."

*Bon sang mais d'où je sors des truc comme ça moi ? Je savais pas que je pouvais le faire.*

Il lui sourit.

"Voilà ce que je te proposes. Essuie tes larmes. Rentre te faire toute belle. Et dès que ma réunion est terminé je te rejoint et va tous les deux à l'inauguration du nouvel Elyséum. Car tu vois, depuis mon réveil, je n'ai toujours voulu y aller qu'avec toi."

Il s'approcha pour l'embrasser (si elle le laisse faire) et essuya ses larmes. Il s'étonnait encore qu'elle soit capable de pleurer, de même que toutes ces choses qui la rapprochait tant d'une humaine. Qui sait c'était peut être ça plus que tout autre qu'il aimait en elle.

"Quant tu es prête, tu m'enverras un message d'accord ? Comme ça je saurais quand je pourrais coupé cours à la réunion."

Il sourit à nouveau espérant voir un sourire naitre sur son visage à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail
Toréador
Toréador
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Jeu 17 Oct - 18:47

Quand il lui prit les mains, elle tremblait comme une feuille... si nerveuse, si anxieuse, si fragile et il lui expliqua qu'il était conscient que son travail lui prenait beaucoup de temps et surtout, il l'appela mon amour... il lui rappelait qu,il l'aimait et quelque par qu'elle était importante pour lui...presqu'autant que sa famille

il souhaitait les protéger tous... mais elle savait que ce n'était pas possible... et il devait le savoir aussi car il changea de sujet...et lentement, en l'écoutant, les tremblements cessèrent... il avait su trouver les mots pour la rassurer... elle n'était toujours pas heureuse, mais elle était rassurée.

- Kaoum.. je ne peux pas me faire belle... je vais tenter d'améliorer les choses...

il l'embrassa... elle se surprit a passer ses bras autour de lui, a l'embrasser avec avidité, avec passion là au milieu de la rue ... il essuya ses larmes, elle le serra fort calant sa tête dans son cou... quand elle se redressa, un sourire illuminait son visage...

- j'y vais je t’envoie un message très vite...

Elle l'embrassa une dernière fois et lentement se mit a marcher vers chez elle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoum
Nosfératu
Nosfératu
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Jeu 17 Oct - 18:57

Il la regarda s'éloigner, lui murmurant assez fort un 'à bientôt' et se dirigea vers la réunion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail
Toréador
Toréador
avatar


MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   Ven 18 Oct - 16:18

Abi marchait tranquillement, elle avait le temps surement les rencontre de clan s'était toujours long... elle réfléchissait... comment ne pouvait il pas s'apercevoir de ses gestes blessants ? lui qui dans certaines occasions était si attentionné, lui qui, une fois ayant comprit était si gentil et savait trouver les bons mots...

elle avançait un petit pas à la fois, gracieuse et élégante... chantonnant pour elle même dans la rue de moins en moins achalandé. Malgré tout, sa voix se faisait entendre attirant oreilles et oeils des passant... elle ne remarquait rien... elle était avec elle même dans une bulle ou il n'y avait personne

(chemin pour chez la rose)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: un banc sur la rue plumet   

Revenir en haut Aller en bas
 

un banc sur la rue plumet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» infanterie en Espagne
» Shako de Marin de la Garde
» colonel lepic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paris By Night ~ Chronique de l'Ombre ~ :: Paris :: 14 ème, 15 ème et 7 ème arrondissements (appelés le Havre) :: Archives-