AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Chronique de l'Ombre du Vendredi 25 Mars 2011

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar


MessageSujet: Chronique de l'Ombre du Vendredi 25 Mars 2011   Ven 4 Oct - 23:49


Vendredi 25 Mars 2011









Guerre : Une épée dans la salle du trône


Vous ne manquerez pas de remarquer, si vous passez dans la salle du trône, une épée plantée au sol presque jusqu’à la garde. Il s’agit là de l’épée que portait le chevalier Nitthael, ancienne du clan Brujah.
Cette brave aurait trouvé la mort ultime au combat, contre un mathusalem Baali du nom de Boubanos.
En milieu de nuit, le chevalier et le primogène Gangrel sont partis traquer l’ennemi, dont on murmure qu’il serait la cause de l’exil des Nosferatus hors des égouts.
Cherchant leur cible dans les couloirs souterrains, les deux guerriers auraient fini par plonger dans d’épaisses ténèbres, et auraient été séparés. Le primogène Gangrel est retourné au Louvre, mais alors qu’il parlait encore au Prince Parménion, l’épée de Nitthael a été rapportée.
Les goules qui ont été interrogées ont raconté que l'épée du chevalier a été rapportée par un petit homme encapuchonné, qui est apparu depuis l'ombre des arbres en traînant l'épée derrière lui, dans une couverture. Ce petit homme, silencieux, est reparti aussitô, comme happé par des ombres. Les quelques goules qui étaient présentes à l'Ordalie du mois dernier on trouvé des similitudes entre cette disparition et l'enlèvement du primogène Gangrel qui avait eu lieu à ce moment.
Notre souverain, à la vue de cette arme, a aussitôt compris que le chevalier ne se serait pas séparé volontairement du symbole de son rôle, et qu’elle avait certainement dû terminer son voyage parmi nous…
Ce retour de l’épée, qui marque désormais la salle du trône, quel est sa signification ? Est-ce une moquerie de la part du Baali ? Une marque de respect ? Un défi ? Qui sait ce qui peut bien passer dans la tête de l’ennemi tapi dans l’ombre…

Par ordre de notre souverain, une partie de la soirée sera dédiée au chevalier lors de l’inauguration du nouvel Elyseum. Les honneurs lui seront rendus la nuit d'après.

Cathy Schmit




Société : Nouvel Elyséum

Comme vous le savez l'Antichambre va ouvrir ses portes cette nuit et abritera en son sein le nouvel Elyseum. Voici un communiqué que notre cher Gardien...

A vous, Membres de la Camarilla Parisienne, il vous est envoyé une invitation pour venir commémorer le souvenir du Chevalier Marion DAUVALLE (Nitthael) à l'occasion de l'inauguration du nouvel Elysium, créé de par la volonté du Prince Parménion, Premier parmi ses semblables, durant la nuit du vendredi 25 mars.
Il vous est demandé de vous rendre au club " L'antichambre" situé place de la Bastille. Afin de vous voir autoriser l’accès, veuillez avoir l'obligeance d'arborer une broche noire pour vous mesdames, et un bouton de rose noire pour vous messieurs, en hommage au chevalier. Tout manquement se verra sanctionné par l'interdiction de pénétrer dans l'espace VIP.


Balthazar, Elysia Principalium Custos.



Politique : On ne l'attendait plus...

Après le départ précipité de Lady Elisabeth, on se serait attendu à ce que les opportunistes sautent sur l'occasion pour devenir Primogène du si polémiqué clan de la Rose, mais non. Il aura fallu attendre le retour de notre très estimé Elea Casato... Ou Sollers, - c'est qu'on ne sait plus comment la nommer - pour que Monsieur Zilberman dévoile ses véritables intentions ! Espérons juste qu'il ne mette pas autant de temps pour agir pour le Clan... Même si l'inactivité des primogènes Toréador semble être devenue un point important à leur recrutement.

Cathy Schmit




Société : Les Fables de la Basse-Cour

Librement inspirées du Roman de Renart, je vous proposerai régulièrement une charmante historiette qui je l’espère saura vous faire sourire. Toute ressemblance avec des personnages ou des événements ayant réellement existé sont bien entendu volontaires et non fortuits.



Chapitre Premier : De l’art d’être urbain


Il était une fois une forêt enchantée où les animaux s’étaient réfugiés pour fuir les hommes. Ils y vivaient libres et vaquaient à leurs occupations sous l’autorité du roi des animaux, Noble le Magnifique, qui gouvernait la Basse-Cour. Celle-ci était composée de plusieurs groupes divers qui se regroupaient selon leurs affinités.

Il y avait tout d’abord les Fauves, c’est ainsi qu’on nommait ces grands carnivores qui dirigeaient la forêt. Noble faisait partie de cette horde qui comprenait également des ours et des loups. Viennent ensuite les créatures magiques comme les salamandres ou les licornes ; les rongeurs et les créatures qui fouissent sous terre ; les oiseaux aux plumages chamarrés et aux chants envoûtants ; les animaux étranges de la nuit, que l’on ne croise que sous la Lune ; ceux de contrées exotiques et dangereuses qui vivent en lisière de la forêt et enfin les premiers habitants de ces bois, les animaux de la forêt dont les cerfs au port noble et altier. Il existe bien évidemment d’autres sortes d’animaux, mais leur exceptionnelle rareté rendrait leur description inutile maintenant ; votre serviteur vous les décrira en temps voulu.

La forêt enchantée était fort dense à son abord ; des sortilèges tissés par des dragons et des licornes la protégeaient des incursions des chasseurs. Au centre de ces bois était une grande clairière où chacun pouvait se rendre afin de porter des doléances au Roi, ou discuter avec d’autres animaux.

C’est en ce lieu qu’un jour l’on vit Goupil, un habitant des bois, en grande conversation avec son puîné le jeune Rovel et le coq Chanteclerc. L’on s’étonnera bien que deux renards échangent quelques mots avec un coq, mais dans une fable tout est permis et puis, avouons-le, la discussion haute en couleurs était des plus intéressantes.

Il advint qu’un grand loup recouvert de poussière se plante au milieu de la clairière et hurle aux résidents d’un ton péremptoire quelque chose de cette façon-ci : « Bonjour ! Je vais vous recevoir en ordre près de la source. »
Vous admettrez que la chose est fort étrange. Ainsi l’ont jugé les trois compères. Qui donc était ce loup peu avenant et s’il avait une fonction quelconque, pourquoi ne s’était-il point présenté convenablement ni toiletté de manière à faire honneur à la charge que le roi Noble lui a confié ?

Ces manières rustres choquèrent l’assistance. Rovel leur murmura « Mais qui est cet individu ? ». Chanteclerc, jamais à court de bons mots, dit à peu près ceci : « Il me rappelle un ancien camarade de basse-cour, du temps où je résidais à la ferme. Ce loup a les mêmes manières, mais sachez que mon camarade a hélas fini sa vie en coq au vin. ». Goupil, quant à lui, fit quelques remarques subtiles sur les manières et l’hygiène générale de son cousin prédateur « Les usages de la basse-cour ont-ils changé ? Est-il normal de se promener aussi pauvrement toiletté et de hurler ainsi dans la clairière ? »

Le loup, qui aurait pu réfléchir et remettre en cause sa mise et ses manières à ces sages réflexions prouva à tous les limites de son autocritique. Ainsi, les babines retroussées et la bave aux lèvres, il se rua vers les trois amis. « Je suis Ysengrin et le roi Noble m’a nommé gardien de la clairière. Vous qui sentez le purin, fermez-donc votre bec et gardez vos réflexions pour vous! Et sachez, renard, que je n’ai pas besoin d’une jolie queue touffue pour me faire craindre. Et si cela ne vous plaît guère, je vais vous corriger en duel. » Là-dessus, il tourna les ergots et s’en fut la démarche raide vers la source.

Un autre Fauve, Brun, l’ours qui était sous un gros saule en train de déguster du miel rugit alors littéralement de rire en se jetant à terre comme un ourson mal élevé, faisant par là même rouler sa ruche dans un fourré, sous le regard effaré – et effrayé pour certains- des témoins. « Oh ! Qu’est-ce que vous leur avez mis, patron ! » Puis de sa démarche chaloupée il suivit son maître.

Cela fit rire Chanteclerc et Goupil. Ils rassurèrent le jeune Rovel qu’Ysengrin avait aboyé comme un vulgaire roquet pour se réfugier bien loin d’un coq et d’un renard sans même attendre leur réaction. Enfin Chanteclerc, pour donner raison au loup malappris à l’odorat subtil, sauta sur son tas de fumier pour claironner gaiement l’aventure à tout vent, qui tomba dans l’oreille de ceux qui voulaient l’entendre.


Ô Ysengrins du monde entier, n’oubliez jamais que si vous désirez être respectés, commencez par ménager vos concitoyens. Car tout faux pas sera remarqué puis rejaillira sur votre carrière et pis encore, sur la réputation de celui à qui vous devez les honneurs. Méditez ceci : qui accorderait du crédit à celui qui n’en mérite point ? Moralité : cultivez vos vertus plutôt que vos défauts car l’amabilité aplanit bien des écueils tandis que l’avanie creuse des fossés insondables.

Henri d'Estirac







Horoscope

Une fois n'est pas coutume, voici un petit horoscope pour caïnites :

Toréadors :
Vous connaissez la chanson : Toréador ton cul n’est pas en or, ni en argent, ni en fer-blanc, mais… en peau de serpent !

Brujahs :
Côté travail : de grandes opportunités s’offrent à vous, vous n’avez qu’à vous baisser pour réussir, mais n’oubliez pas : c’est l’habit qui fait le moine.

Gangrels :
Côté cœur : le premier rendez-vous peut être fatidique : évitez donc les lieux inappropriés ou votre compagne pourrait finir par se faire… des cendres.

Trémères :
Une impressionnante conjonction aura lieu… vers vous !

Malkavians :
C’est une évidence : ph'nglui nglw-nafh Cthulhu R'lyeh wgah-nagl fhtagn. Enfin on se comprend, n’est-ce pas ?

Ventrues :
Côté travail : mais qu’attendez-vous ? Ne fainéantez plus dans votre coin, certes la crise est là et vous êtes mis sur la touche, mais ayez un peu les crocs que diable !

Nosferatus :
Côté cœur : bien que ce soit le cas pour certains, pour d’autres l’amour n’est pas toujours une rose (confère Toréadors).
Côté travail : d’aucuns seront toujours à votre écoute, parfois même en stéréo !

Dame Irma





Société : Le serpent charmeur

Beaucoup d’entre nous sont inquiets, gênés par l’ambiance d’insécurité de la ville. Les premiers étant certainement les Toréadors qui ont vu leur bel Elyseum envahi par les rats d'égouts, volant, par qui sait quel génie, leurs plus belles roses. Mais ne vous inquiétez pas ! Ne vous alarmez pas ! Tout va bien en cette belle ville des Lumières.

En effet comme l’auront remarqué tous ceux se trouvant en Elyseum en ce début de nuit du 24 mars 2013, les serpents montent leur cours, attirant courtisans de toutes sortes. Ainsi, Luddmila, notre chère Sethite qui à juré allégeance à notre prince, adoptée Toréador, n’a pas perdu son temps pendant le mois écoulé depuis l’enlèvement de notre très regretté ex-sénéchale. L’un des courtisans n’étant pas moins que l’infant même de cette dernière, Monsieur Gatien de Cambiaire. Sans parler évidemment de notre nouveau fléau ou encore d’un de nos rares Nosfératu encore vivant depuis la dé-rat-ification des égouts.

Enfin comme je vous le disais tout va bien ! Si de nos jours le charme du serpent nous permet de nous unir (ici pas moins de trois clans réunis pour les beaux yeux d’un seul, à vous de décider lequel), je ne peux espérer mieux. Et vous, vous ferez-vous charmer ou serez-vous le charmeur ?

À bon entendeur

M. B.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampiredeparis.jdrforum.com
 

Chronique de l'Ombre du Vendredi 25 Mars 2011

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mardi 1er mars 2011
» FLASH - Aristide sera de retour le 17 Mars 2011
» Vendredi 25 mars 2011
» Twilight Imperium - Samedi 19 Mars
» Warhammer 40,000 inter-boutique en février et mars 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paris By Night ~ Chronique de l'Ombre ~ :: Médias :: La Chronique de l'Ombre-