AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Au Harry's New York Bar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Au Harry's New York Bar   Ven 26 Juil - 13:33

"Barman ! Un autre whisky !"

"Eh beh mon gars! Tu tiens bien l'alcool dis moi !"

Cela faisait le 15ème verre d'affilé que Jean avalait d'un traite. Il regarda son verre vide comme si il était songeur.

"Mouais, ton truc me fait pas plus d'effet que de la pisse de chat."

"Voyons monsieur", s'offusqua le barman, "on ne serre que de la qualité ici."

"Ouais ben ta qualité je la paierais pas si elle me fait rien. Aller je me barre !"

Jean se leva et toisa de tous ses 2m20 le barman intimidé qui essayait de protester comme il le pouvait. Il se dirigea ensuite vers la sortie comme dépité. C'est alors que deux macaques, ou plutôt deux gardes, s'interposèrent entre lui et la sortie.

"Veuillez rester là monsieur. Vous ne pouvez pas partie sans avoir payé"

"Ah ? Et c'est deux zigotos comme vous qui vont m'en empêcher peut être."

Les deux hommes ne répondirent pas. Professionnels, ils se contentaient de bloquer le passage. Jean quand à lui poussa un soupir. C'est alors qu'un homme arriva accompagné du barman inquiet.

"Monsieur puis je connaitre le soucis ? Je suis le gérant de cette boite et l'on m'a signalé que vous refusiez de payer votre consommation."

"Ouais je paye pas pour de la pisse."

"Si vous considérez que un whisky de 30 ans d'âge est de la pisse monsieur, il est clair que votre place n'est pas ici. Veuillez payer ce que vous devez et partir."

Le bar s'était fait silencieux depuis le début de l'altercation. Même si le ton des différentes personnes était calmes on sentait la tension monter dans l'air. Jean souris goguenard.

"Je refuse."

Le gérant le regarda cherchant à prendre un air intimidant devant ce mastodonte, puis il fit un signe à ses deux gardes qui attrapèrent Jean par les épaules.

"Veuillez nous suivre monsieur."

Jean les suivit diligemment, un sourire toujours sur ses lèvres. Il donnait l'air de s'amuser. Les chuchotement le suivirent jusqu'à ce qu'on l'amène dehors, dans l'arrière cours. Là les deux hommes le lâchèrent et sortirent des matraques.

"Alors mon gars on veut jouer les gros durs hein ?"

Et les deux gardes attaquèrent Jean qui encaissa les deux premiers coup en rigolant. Puis il se déchaina. Il n'utilisa pas ses disciplines, non, il utilisa seulement tout ce que son maitre lui avait enseigné. Il frappa et frappa encore. Les deux hommes se défendirent comme ils pouvaient mais ils avaient à faire à un homme qui avait connu l'adversité du temps et de la vie de nomade. La bagarre il connaissait.

Le chaos et les cris se calmèrent enfin. Jean regarda ses mains couvertes de sang et les lécha. Quand il entendit quelqu'un frapper dans ses mains derrière lui. Il se retourna soudain et vit un homme sortir de l'ombre en applaudissant.

"Bravo mon cher, bravo. Un véritable preuve de sauvagerie et de force. Je suis sincèrement impressionné."

"Et vous êtes qui vous ?"

"Laissez moi me présenter. Je suis le propriétaire de ce bar et je souhaites vous engager."

"Haha ! M'engager ? après ce que j'ai fait à vos homme. Vous êtes un comique non ?"

"Pas du tout. Je sais reconnaitre le talent quand j'en vois un. Et j'ai besoin d'homme comme vous dans mon organisation. Vous aimez vous battre non ?"

Jean le toisa un instant avant de répondre méfiant.

"Ouais . . ."

"Bien ! Alors suivez moi. Et ne vous inquiétez pas pour les frais et l'état de ces hommes. Je m'occuppes de tout."

Il sortit un téléphone et envoya un message en souriant à Jean. Puis lui fit signe de le suivre avant de s'enfoncer dans la ruelle.

"Bah je m'en fou. Vous avez l'air marrant."

Et Jean le suivit, s'enfonçant à son tour dans l'obscurité de la ruelle."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Ven 26 Juil - 14:09

Jean suivait à une distance correct l'homme mystérieux. Il s'était présenté comme le propriétaire du Bar et il semblait du moins en posséder les clefs. En effet, il était en train d'ouvrir ou sorte de garage affilié au bar.

"Entrez donc je vous pris."

"Après vous voyons." dit Jean en souriant de l'autre côté de la ruelle.

"Si vous voulez."

L'homme haussa les épaules et pénétra dans le garage et alluma la lumière. Jean le suivit quelques secondes après et entra dans ce qui ressemblait plus à un bureau qu'à un garage. L'homme quand à lui était assis dans un fauteuil derrière un bureau en bois de chêne. En fait tout l’ameublement semblait de première qualité. Jean siffla.

"Eh ben je vois qu'on s'ennuie pas."

"Oui, je peux me permettre ce genre de chose. Mon bar marche assez bien, et mes autres affaires aussi. Bien asseyez vous donc et discutons."

Il présenta un siège à Jean qui ressemblait plus à un siège de musée datant du XVI ème siècle que à un siège pour invités modernes.Jean s'assit donc et on entendit le bois du siège craquer.

"Bien commençons par le début. Je m'appelles Allan McGowen et je suis dans les affaires. Je gère différentes affaires dans différents milieux, dont les bars vous vous en seriez douté. Et vous qui êtes vous ?"

"Je m'appelles Jean et c'est tout ce que vous avez besoin de savoir ! Alors comme çà vous êtes un english. Intéressant."

"Enchanté Jean et oui je viens bien d'Angleterre. Mais il semblerait que la mère patrie n'est plus voulue de moi, donc je suis venu ici profiter de l'argent des français. Mais trêve de bavardage et parlons affaire. L'une de mes nombreuses activités est entre autre préteur sur gage voyez vous ? Et il se trouve que certaine personnes ne sont pas de très bon payeurs si vous voyez ce que je veux dire. Et c'est là que vous entrez en jeux. Je vous offres 10% de ce que me doivent ces hommes en contrepartie de quoi vous récupérez mon argent."

Jean le toisa une instant puis prononça.

"30% !"

Allan rigola puis redevint d'un coup sérieux.

"15% et pas un centime de plus. Cela vous va ? Vous aurez le droit de leur casser la gueule autant que ça vous chante."

Jean sourit à cette remarque.

"Ok marché conclu ! Et pas d'entourloupe hein, je suis du genre rancunié vous savez ?"

"Oui ne vous inquiétez pas je suis du genre réglo dans mon genre. Avez vous un numéro où je peux vous joindre quand j'ai besoin de vous ?"

"J'ai pas de téléphone."

Allan soupira.

"J'aurais dû m'en douter d'un animal comme vous. Tenez en voici un, dîtes vous que c'est un cadeau de bienvenu. Mon numéro y est déjà inscrit sous le nom de tom."

Allan lança un portable à Jean qui l'attrapa au vol. Il le regarda circonspect, il n'avait pas l'habitude de la technologie. Allan se leva alors et tendit la main à Jean.

"Heureux de travailler avec vous Jean."

Jean prit la main de Allan et la serra jusqu'à la limite de la fracture.

"Ouais, pareil."

Il sourit puis sortit du bureau, laissant derrière lui un Allan blanc comme neige et la main rouge.

vers le Louvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Ven 9 Aoû - 13:20

venant du jardin du Luxembourg

Jean sortit du métro et reconnut le quartier. En même temps il y était passé seulement quelques heures plus tôt. Il se dirigea don vers un certain Bar et passa la porte. Le barman leva la tête souriant.

"Bonsoir monsieur voulez-vou...."

Le barman blanchit et sortit précipitamment de derrière son bar et se dirigea vers une porte de service. Jean accéléra le pas et le suivit passant par la porte juste derrière lui. Il le rattrapa par le col, l'attira à lui et le souleva du sol. L'homme poussa un petit cris de sourit et se mit à trembler.

"hey hey hey. On se calme. Je suis pas là pour te chercher des merdes ok ? On m'a appelé et on m'a dit de venir pour un taffe. Tu bien savoir de quoi il s'agit non ?"

L'homme tourna vers Jean un regard effrayé et sembla réfléchir difficilement.

"C..C..C'est vous que madame Constance attend ?"

Au nom de Constance, Jean lâcha le barman qui tomba sur le cul dans un bruit mate.

"Madame Constance tu dis ?"

L'homme hocha la tête.

"Mène moi à elle, tout de suite !"

L'homme se releva difficilement et fit signe à Jean de le suivre. Il le mena à ce qui semblait être une arrière salle. Celle-ci contrairement au bureau d'Allan était d'un dénuement presque total.Une table, trois chaises et un tableau d'un art douteux ressemblant à de l'abstrait sur le mur. Il lui indiqua une chaise et se dirigea vers une porte de l'autre côté de la pièce.

"Hey où tu crois aller comme ça ?"

"Je .. Je vais dire à madame Constance que vous êtes là."

"T'as intérêt à me l'amener ou j'te jure que même ta mère ne te reconnaitra pas."

Le barman blanchit et sortit précipitamment. Quand à Jean lui il ne s'assit pas, au contraire, il se mit à faire les 100 pas. Constance ! Ce nom lui tournait dans la tête. Et si . . et si c'était elle ? Un fol espoir lui traversa le corps. Il chercha à se calmer et se mit à parler tout seul.

"Non ! C'est pas possible ! Je l'ai vu mourir brûlée c'est pas possible ! Mais et si j'avais mal vu ? Et si elle s'était enfuit ? Peut être . . . "

A ce moment là la porte s'ouvrit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Lun 12 Aoû - 15:12

La porte s'ouvrit et une femme d'une incroyable beautée entra dans la pièce. S'arrêtant sur le seuille elle toisa Jean de pied en cape ne semblant pas s'étonner de sa présence ni de son apparence. En fait son visage était de mabre malgrés une allure et une démarche féline typique des personnes entrainés au armes et au combat.

Elle finit par s'avancer vers la table et s'assoir sans inviter Jean se contentant de le regarder. Celui-ci l'avait suivit du regard, une expression de déception non feinte sur le visage. "Ce n'est pas Constance" pensa-t-il.

"Navré que mon allure vous déçoive monsieur, peut être vous attendiez vous à une homme ? Où encore à une personne plus agée ?"

Jean se ressaisit soudaint. Il paraissait évident qu'il l'avait vexé par son attitude. Et ne voulant pas commettre un impaire, ou pire, une injustice envers elle, il s'avança et prit place face à elle et parla.

"Excusez moi. Il s'agit juste que j'ai eu d'un coup le fol espoir de revoir une personne de ma connaissance quand j'ai entendu votre nom. C'est bien Constance n'est ce pas ?"

Elle leva alors un sourcil cherchant visiblement à voir si cette homme à l'allure grossière se moquait d'elle. Elle du en arriver à la conclusion que non vu son sourire devant l'air navré et un peu idiot de Jean.

"Je m'appelles bien Constance, et navré de ne pas être celle que vous attendiez. Mais têve de bavardage ! Nous sommes là pour affiare. Allan m'a parlé e vous et de votre recrutement une peu particulier."

Elle avait prononcés ces mots sur un ton de quasi-reproche lassant supposer qu'elle n'appréciait pas les méthodes de recrutement de Allan. Elle tendit un dossier à Jean en le faisant glisser sur la table. Celui-ci l'attrapa et regarda dedans prit de curiosité.

"Voici Gérard Ressac. Il est français et nous doit pas moin de 5000 €. Il est le patron d'une boite d'nformatique sur Troyes et a eu besoin de notre financement pour éviter les impots. Vous avez le droit à toute méthodes que vous jugerez bon pour lui faire cracher l'oseille tant que l'on ne peut prouver que l'on est dans le coup. Vous ne pouvez pas non plus le tuer. Enfreignez ces règles etvous êtes seul, ne co;ptez pas sur nous. Toutes les informations sur le client sont dans le dossier.Le taux est, vu le retard de paiement, de 100%, soit 10 000 €. Comme c'est stipuler dans votre accord avec Allan vous avez le droit à 15 %, donc 1500 €. Vous les voulez sous quelle forme ?"

Elle avait parlé sans discontinuer ne laissant pas Jean en placer une. Il rsgarda un moment sourire aux lèvres puis prit la parole.

"En liquide s'il te plait."

La femme tiqua sous le tutoiement mais choisit de ne pas réagir.

"ok ça c'est réglé ! Tu as des questions ?"

Il sourit devant ce revirement de politesse. Et fit non de la tête.

"J'penses avoir compris. J'le trouve, j'lui pète la gueule, il crache le fric et je vous le ramène."

"C'est exactement ça. Tu trouveras dans le dossier le numéros de compte où il devra faire son virement demain à la première heure d'ouverture des banques. Bien si t'as compris je te laisse cette affaire."

Elle se leva et se dirigea vers la portes sous le regard scrutateur de Jean qui admirait son déhanché de prédateur. Elle se retourna un dernière fois avant de passer la porte.

"J'imagines que c'est inutile de te préciser que c'est ton test."

Elle était partit. Jean se retrouvait seul avec son dossier. Il se leva et essaya d'ouvrir la porte par où elle était passé mais celle-ci était fermée. Il savait pouvoir la défoncer si il le voulait mais ne s'y risqua pas. Il prit le dossier et sortit par là où il était venu revenant dans le bar où il s'assit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Mar 13 Aoû - 12:13

Le Barman faisait son service de manière décontracté mais ne pouvait s'empêcher d'envoyer des regard discrets et inquiets vers Jean qui buvait un verre de whisky.

"Hey barman tu sais où c'est la rue Danton ?"

"Hum .. Eh bien je crois que c'est entre la station Odéon et St Michel."

"Ok thanks."

Et Jean se leva et sortit du bar. Cette fois personne ne l'arrêta. Cette constatation le fit sourire intérieurement. Il avait trouvé où boire gratos. Pas qu'il soit alcoolique, de toute façon l'alcool ne lui faisait strictement rien, mais il en aimait le goût différent du sang.

Il se dirigea vers le métro le plus proche pour aller à la station Odéon rue Danton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Mer 14 Aoû - 17:03

revenant de la rue Danton Jean rentra dans le bar et se dirigea vers le barman.

"Dis leur que le boulot est fait et qu'ils me recontactent pour le paiement. Tient donne leur ça et pas d'entourloupe ok ?"

Jean donna le dossier au Barman et ressortie du bar. A ce moment là il s'arrêta prit d'une soudaine mélancolie. Il connaissait ce sentiment pour l'avoir déjà ressentit plusieurs fois.

*Tient et si je voyais ce qu'elle fait en ce moment ? Elle doit être encore à Lyon surement.*

Il se dirigea alors vers le téléphone public le plus proche et sortit une carte d'appel de sa poche. Il composa alors le numéro et attendit que ça décroche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Mer 14 Aoû - 21:50

Ça y est ça décrochait.

"Hey salut Bella ! Comment tu vas ça fait un bail. Qu'est ce que tu deviens ?"

". . ."

Il ouvrit de grand yeux et un sourire s'afficha sur son visage.

"Tu es as Paris ? Sérieux ? J'y suis aussi de passage. T'es où en ce moment ? Ca serait l'occasion de se revoir tu crois pas ?"

". . ."

Il sembla heureux d'entendre la voix qui sortait du combiné.

"Oh encore une reproduction de ton groupe ? Après tu sais je sais pas trop où il est ce club. Je viens de débarquer pour la première fois à Paris. Là je suis au Harry's NewYork Bar si tu vois ou c'est."

". . ."

"hummm ok je trouverais bien en demandant mon chemin comme d'hab'. Bon ben a toute alors."

Jean finit par raccrocher, un sourire sur les lèvres. Il regarda autour de lui et retourna au bar. Il alla voir le barman.

"Hey mec tu me file 50€ ?"

Le barman le regarda un moment.

"Et pourquoi ?"

"Je go voir une fille et me faut du fric. Aller je vais bientôt être payé et je te rendrais 100€ s'tu veux."

Le barman le jaugea un instant puis sembla juger que c'était peut être risqué de le contrarier. Il sortit 50€ et le tendit avec une petite hésitation.

"T'inquiète mec, je sais respecter ma parole."

Il sortit du bar et partit prendre le metro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Lun 2 Sep - 20:10

[1 mois plus tard]

Jeanse réveilla dans une pièce sombre et un moite. Un vieux bureau transformé en chambre à couché lui sevait à s'isoler pendant la journée. En fait, il avait trouvé ce logement un peu à l'arrache après avoir quitté Izabela il y a un mois après des retrouvailles assez torides. C'est Hallan qui le lui avait fournit dans les locaux même de son bar. Du coup le loyer était retiré de ses payes mais pas de quoi fouetter un chat.

Il se secoua la tête car des souvenir un peu trop intime lui revenait en tête. Il se redressa, se cognant presque la tête contre la poutre du plafond, et se frotta les yeux. Il regarda la montre à son poigne, car oui il avait enfin une montre !

"Eh beh cette fois j'ai bien dormis on peu le dire."

Il se leva essayant d'éviter de trop penser à Izabela. Il s'habilla donc avec un costume (faut faire pro dans la profession d'après allan) mais ne prit pas spécialement le temps de se coiffer.

Spoiler:
 

Il sortit donc dans la rue et se dirigea vers le refuge brujah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Mar 3 Sep - 17:19

Le Brujah s'arrêta devant l'entrée du métro soudainement. Un doute l'avait pris soudain. D'ailleurs les personnes derrières lui, lui rentrèrent dedans sans qu'il s'en rende compte. Il venait de se souvenir qu'on lui avait dit que le refuge avait disparut sous les flammes.

"Ou est ce que je vais les trouvés moi maintenant les autres." dit il à personne.

Bon, il savait plus trop où aller pour trouver d'autres Brujah. Enfin si il savait, mais il voulait pas y aller, au Louvre. Il poussa un soupir et rentra dans le métro. Il n'avait pas le choix finalement, il allait au Louvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Mer 9 Oct - 21:30

Jean sortit du métro qui l'avait conduit ici depuis le Louvres. Il avait rencontré de bonnes personnes dans le métro. Maintenant il allait en rencontré une mauvaise, pas moins que son boss.

Il avança dans la ruelle qui menait à l'arrière du bar-club. L'endroit où les véritables affaires d'Alla se passaient. De la lumière sortait de dessous la porte à laquelle il toqua. Quelques secondes plus tard des pas se firent entendre derrière la porte et elle s'ouvrit. C'était un des gorilles d'Alla, un des deux qu'il avait déjà tabassé. Quand celui-ci le vit il recula d'un pas comme effrayé avant de se ressaisir et de dire d'un ton méprisant.

"C'est toi ? Le boss t'attend."

Jean lui sourit.

"Bien sur que c'est moi tête de gorille vide. Et pas la peine de me le dire je le sais que le boss m'attends, pas comme si toi il en avait quelque chose à foutre."

Et il rentra en donnant une petite tape à l'homme qui se retenait de peur de se faire massacré à nouveau.

Jean fit quelques pas dans le bureau aux meubles anciens d'Allan et l'aperçut en train defaire des comptes derrière son bureau. Celui-ci pris alors la parole sans lever les yeux.

"Alors Jean on s'en prend toujours à Rodolphe ? Je t'attendais hier tu sais ?"

Jean prit une chaise et s'assit sans attendre d'autorisation.

"Ouais que veux tu il me cherche à chaque fois. Et puis quelle idée de s'appeler Rodolphe avec sa carrure sérieux. Sinon pour hier j'avais une affaire personnelle à régler désolé."

À l'entente de ce dernier mot Allan releva soudainement la tête, un petit air surpris sur le visage.

"Tu es . . désolé ? Toi ?"

Il s'adossa en arrière laissant ses comptes pour plus tard.

"C'est une première et je t'avoue que je m'attendais pas à ça."

Il marqua une pose semblant tout à coup soupçonneux.

"Ou alors t'as quelque chose à me demander c'est ça ?"

Jean rigola amusé.

"Toujours aussi perspicace Allan. Ouep j'ai un truc à te demander. Me faut un costard noir et une rose noir à épingler. Tu peux me trouver ça ?"

"Alors d'abord tu me poses un lapin, ensuite tu ignores mes message et maintenant tu débarque et tu me demandes des trucs. Et pourquoi je ferais ça Jean ? Dans le métier c'est plutot un coup de pied au cul que tu recevra si je suis gentil."

"Ouep je suis d'accord. Mais écoute j'avais une affaire à régler, un imprévu. Et puis mon téléphone tu sais bien que je le zappe. Et puis je t'ai bien dis que je souhaitais garder mon indépendance. Si tu me tiens en laisse on va pas pouvoir bosser ensemble Allan."

Allan regarda Jean un moment le visage de marbre. Puis il se leva et marcha vers lui pour s'assoir sur le bureau en face de lui.

"Écoute Jean, tu es simpa et tu m'es bien utile. J'avoue qu'avec ta force et ta carure on me fait pas chier quand t'es là. Mais il y a une histoire de respect tu comprend ? Quand tu bosse pour moi, tu BOSSE pour MOI. Pigé ? Il a fallut que je prennes Carl et Lopez avec moi pour te remplacer. Et j'ai du revoir ma stratégie de négociation."

"Ouais Allan je pige. Mais toi tu dois piger que je vais pas faire ça tout le temps. J't'aime bien Allan, t'es réglo. Mais je suis un vagabond tu le sais je te l'ai dis. Dans pas longtemps je vais partir. Là si je te demandes ce service c'est par ce que je sais que je peux compter sur toi."

"Et moi je fais comment pour savoir si je peux compter sur toi si tu me laisse en plan ?"

"Hey une fois où je pouvais rien faire ! Combien de fois j'ai sauvé tes fesses dis moi ?"

Allan leva les bras au ciel en signe de désespoir puis se pinca le nez.

"Bon écoute ! Voilà ce qu'in va faire. J'ai besoin de toi sur un coup demain soir. À 10h tu te pointe ici. En échange je te passes ce que tu me demandes là. Ça te va ?"

Jean sourit à Allan et se leva.

"Ça me va."

Allan posa son index sur la poitrine de Jean.

"Je te préviens Jean. Si tu me plantes sur ce coup t'as intérêt à quitter la ville fissa."

"Pigé Allan. Bon alors il est ou ce costard ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Jeu 10 Oct - 16:10

Jean attendait dans le bureau passant le temps en regardant les tableaux et meubles qui le composaient. Décidément, Allan aimait les oeuvres d'art et particulièrement les meubles d'époques. Il le regarda plus attentivement, puis se rassure. Allan respirait et suait même, c'était un humain et non pas un de ses pompeux toréadors.

Finalement après une bon quart d'heure d'attente un des hommes de Allan arriva avec un paquet entre les mains.

"Voilà chef. Comme vous me l'avez demandé. Mais ça a été galère pour Charles de trouver un costard de cette taille en prêt à porter."

Allan se leva et pris le paquet des mains de son homme de main.

"Merci Henri."

Le remerciement fit sourire le dit Henri. En général quand Allan était content ça se voyait dans la paye à la fin du mois. Puis le boss se tourna vers Jean et lui tendi le paquet.

"Tiens voilà ce que t'as demandé. Il devrait être à ta taille. T'as même la chemise qui va avec et les chaussures. Un extra de ma part."

Jean récupéra les vêtements et s'habilla sans aucune pudeur devant les autres. Ce qui d'ailleurs même cela surpris Henri ne sembla pas gêner Allan le moins du monde. Finalement, à part un léger resserment au niveau des biceps le costume lui allait parfaitement ainsi que les chaussures.

"J'vois que t'as pris l'habitude Allan."

"Ouep si on veux. D'ailleurs tant que je te tiens, tu va faire quoi de la chambre que je te loue ? T'as dis que tu partait bientôt."

"Ouais je sais. Je la garde encore c'te nuit si ça te dérange pas. Après je me démerderais."

Allan regarda Jean un moment. Puis finis par parler d'un ton presque amical.

"Tu sais Jean tu pourrais vivre peinard en bossant pour moi. Je pay bien, les affaires marches et pour toi le boulot est facile. Alors pourquoi partir ?"

Jean qui mettait sa veste et s'apprêtait à partir se retourna et regarda Allan.

"Écoute j'te l'ai déjà dis. Je peux pas rester. J'cherche toujours quelque chose."

"Mais tu m'as jamais dis ce que c'était."

"Par ce que je sais pas ce que c'est."

Allan resta perplexe de cette réponse puis finit par faire un geste de la main pour sinifier que finalement il s'en lavait les main. Son regard devint plus sérieux, plus professionel de même que son ton.

"Je te vois donc demain sans faute ok ? N'oublie pas ce qui t'attend si tu me fais un sale coup."

"Ouep m'en souviens t'inquiète. Demain 10h. J'y serais."

Puis Jean se dirigea vers la porte qu'il franchit pour se diriger vers l'antichambre.

Henri qui avait tout suivit demanda tout à coup.

"Hey patron ! Pourquoi vous lui faitent confiance ? Ça m'as l'air d'un type pas fiable vous savez ?"

"Ouais parfois je me le demandes aussi. Mais il est utile. . ."

Puis il retourna à ses comptes sans rien ajouter d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Sam 9 Nov - 0:42

Jean émergea du metro et se dirigea vers le Bar. Il rentra par la porte arrière de celui-ci et se dirigea mut par l'habitude vers une petite pièce tout au fond du couloir du sous-sol. Il sortit une clef, ouvrit et referma derrière lui à clef. Il alluma la lumière à taton pouis s'affala sur le lit, seul meuble avec un table basse, de la petite pièce. Au plafond était accroché une sangle à laquel il coinça ses pieds et commença un serie de tractions abdominales faisant le décompte à voix haute. Arrivé à 4000 il arrêta, se détacha et se laissa aller à la torpeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Dim 10 Nov - 1:46

On tapait à sa porte depuis bien 5 bonnes minutes quand jean émergea de sa torpeur. Il se réveilla en ayant la tête tel un marteau piqueur à cause du bruit.

"OUAAAAIS ÇA VA J'ARRIIIIIIVES !! 'TAIN TA APPRIS LA POLITESSE AVEC UNE TROUPE DE BUCHERONS OU QUOI ?"

"GROUILLE TOI ALLAN T'ATTENDS."

Jean reconnu la voix de Rodolphe. Celui-là il en manquait pas une quand il pouvait se venger de Jean sans crainte. D'ailleurs les pas s'éloignait déjà. Surement pour pas se prendre une droite de l'ours des caverne mal bouché par son réveil.

Jean prit le temps de bien s'étirer avant de remettre ses vêtements. Il hésita entre les deux seuls tenus qu'il possaidait. Les guenilles de son arrivé il y a un mois et le costard de la veille. Après réflexion il se dit que le costard lui allait assez bien et le remit. Il ouvrit la porte de sa chambre qui donnait sur un long couloir qu'il emprunta après avoir fermé derrière lui. Après quelques pas il ouvrit une porte à sa droite et entra dans une pièce qui avait tout l'air d'une salle de réunion. Allan s'y trouvait déjà en compagnie de trois de ses gorilles.

"Ah Jean enfin debout. Tu dors vachement tard dis moi."

"Ouais j'ai eu une nuit assez agitée, je suis rentré tard."

Jea poussa un chaise et s'affala dessus.

"Bon alors 'patron' de quoi ça cause ton business ?"

Allan, qui avait des papiers pleins les bras commença à les rassembler dans le dossier tout en parlant.

"Il s'agit d'une affaire on ne peut plus standard. Un peu comme ce qu'on a d'habitude. Sauf que là au lieu d'acheter des litres d'alcool à bas prix ou faire signer un contrat de prêt il s'agit d'une marchandise un peu plux délicate."

Allan venait de capter tout l'attention de Jean. Celui-ci venait de froncer les sourcils et se taisait. Cela fit sourire Allan.

"T'as pas besoin de savoir ce qu'est cette marchandise. Tout ce que je te demandes c'est d'être là pour la transaction et de faire le transport vers un autre lieu en compagnie de nos client. Car cette fois c'est nous qui vendons. On achète pas.?"

"C'est quoi comme paquet ?"

Allan posa alors une malette sur la table et la passa à Jean. Celle-ci était en acié, pas facile à percé, fermé par un double code digital plus une sécurité numérique. Jean ne s'y connaissait pas en informatique, mais il savait ce qu'il avait sous les yeux.

"Eh beh ! Ça a effectivement l'air d'un coup des plus importants. Pourquoi autant de sécurité ? Et ça doit aller où ?"

Allan regarda Jean dubitatif.

"Pour le premier point t'as pas besoin de le savoir. Pour le second tu dois aller faire la livraison en dehors de la ville. Rien de bien méchant. Ton boulot à toi sera de veiller sur la malette pendant le trajet. Rodolphe et deux autres t'accompagnerons. Simple non ?"

Jean tiqua.

"Rodolphe et. . . deux autres. . . ?"




Edit Maraudeur :

"de plus, tes relations mon cher Jean vont pouvoir nous servir... Nous avons constaté que tu rentrais sans problème au Louvre, alors qu'il est fermé en soirée normalement. Nous ne savons pas ce que tu y fous et cela ne nous regardent pas... J'aimerais juste profiter de cette facilité pour que tu me rendes un menu service... Ca te tente?..."


La derniere phrase avait été emprunte d'une certaine intimidation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Dim 10 Nov - 15:20

Jean tiqua un deuxième fois encore plus fort. Voilà qui était rare, très rare. Allan tentait de l'intimider ? Que pouvait-il bien se passer. Il le regarda un instant semblant le juger. Il ne souriait pas l'air sérieux.

"Tu sembles bien informé Allan. En même temps ça m'étonne pas de toi."

Il lança un soupir pour faire plus humain. Tout à coups cela semblait des plus important.

"Vas y déballe ton affaire. Si ça peut te rendre service pourquoi pas. Mais je te préviens, je suis du genre réglo, tu le sais. Je vais pas accepter tout et n'importe quoi."

Il s'était penché en avant son attention totalement porté sur Allan. Mais il ne perdait pas de vue les gorilles, surtout Rodolphe. Il aimait pas la tournure que la discution prenait. Ça sentait l'entourloupe. Il connaissait Allan maintenant depuis un bon mois. Il savait qu'il trafiquait parfois dans des affaires louches mais jamais encore il ne lui avait demandé d'y participé. Jusqu'à maintenant Jean s'était seulement occupé de récupérer des intérêts de prêts ou de jouer les gros bras intimidants lors de négociation tendus. Là il avait affaire à autre chose.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maraudeur
Membre du Staff
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Dim 10 Nov - 17:42

Allan fit le tour de la pièce et alla se servir une vodka, sans glace. Il l'a bu d'un coup d'un seul et but un restant de jus de pomme derrière. Il resservit deux shots. Il poussa l'un vers toi et il prit l'autre en main.


-Tu sais nous avons une organisation conséquente. Et parfois nous avons des clients aux moyens conséquents. Nous n'allons pas te demander quelque chose de si important que cela. Mais vu que tu as des entrées dans le Louvre, peut être pourrais tu repérer les systèmes de sécurité pour nous, et éventuellement un soir que nous choisirons, ouvrir un accès que nos amis puissent y pénétrer... Si tu ne t'y connais pas assez, nous pourrons te fournir un mouchard ou quelque chose du genre...


Alors qu'en dis tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Dim 10 Nov - 18:07

"Un espion rien que ça ! Voilà ce qu'on me demande d'être."

Jean regarda Allan un instant. Puis prit le temps d'attraper la vodka, de la faire tournaoyer un moment devant ses yeux. Il réfléchissait.

*Allan qui boit autant. Il m'a l'air de stresser. Mais il est sérieux là ? Est-ce qu'il sait au moins à qui il va se frotter ? Non attends Jean ! C'est bisarre cette histoire.*

Il releva les yeux et regarda à nouveau Allan, vérifiant en passant la position des gorilles. Il décida de jouer le jeu. Il avala la vodka d'un coup les glaçons avec qu'il croqua avant de prendre la parole.

"Je comprends mieux pourquoi tu avais si peux envie de me voir partir. Tu m'étonneras toujours. Mais ce que tu me demandes là est assez particulier. C'est limite dangereux. Je veux savoir avant de m'engager ce que tu sais sur la cible et les employeurs. Je veux savoir dans quel but je devrais faire ça. Et surtout qu'est ce que j'y gagne ?!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maraudeur
Membre du Staff
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Dim 10 Nov - 21:11

Allan regarda le verre vide.


- mes commanditaires sont des amateurs d'art. La cible sont des oeuvres contenues dans les caves du Louvres. Simple non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Dim 10 Nov - 21:19

Jean ne manqua pas le coup d'oeil lancé par Allan sur son verre. Bon sang se doutait-il de quelque chose ? Il travaillait pour des gens louches à n'en pas douter. Des Cainites ? Peut être . . si c'était le cas le cas il va falloir endormir les soupçons.

Jean joua une seconde avec le verre vide et le fit glisser vers Allan.

"Tu n'as pas totalement répondu à ma question. Qu'est ce que j'y gagne ? Et qu'elle garantit à ma survit j'ai ? Je suis prêt à t'écouter jusqu'au bout si tu me resserre un autre verre de cette bonne vodka."

Il se permit un sourire amical et se radossa à sa chaise comme si ses craintes étaient amoindrit et qu'il était prêt à écouter une longue explication.

"J'espère que tu sais que le Louvre est l'un des lieux les plus sécuritaires du monde. Des gens hauts placés y ont des intérêts. Moi je suis qu'un larbin faisant des petits boulots à droite à gauche comme avec toi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maraudeur
Membre du Staff
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Lun 11 Nov - 22:42

- Ce que tu peux y gagner, est bien plus que tu peux imaginer. Un allié sans doute de poids...

Dit il en se désignant lui-même. Il resservit un verre de Vodka.


- Je n'ai que faire des gens qui ont des intérêts au sein du Louvre. Tu peux y entrer oui ou merde?

Le ton avait légèrement changé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Lun 11 Nov - 23:05

Jean écouta Allan puis but un peu de vodka pour se donner un peu plus de temps à la réflexion.

*Bon c'est quoi ce binz ! Il cherche quoi vraiment ? Il a juste vu un filon en moi et il essaye d'en profiter pour faire le coupdu siècle où y a autre chose ? Il me test ? Non, trop gros pour ça. Mais alors soit il est inconscient, soit il est suicidaire soit il sait vraiment pas dans quel merdier il met les pattes. Perso, je préfères la dernière option. Les autres impliquent trop de choses.*

Il sentit que Alla s'énervait et sa bête commença à s'agiter sous la provocation de ce petit homme qui se prenait pour un dur. Jean fronça les sourcils et lança de manière froide.

"Oui je peux rentrer au Louvre ! Mais . . "

Il se leva, penché une main sur la table et regarda Allan droit dans les yeux. (Activation de présence : regard terrifiant - 7+1d10 et -1pt de sang).

"Si tu veux qu'on traite ensemble sur ce coup va me falloir me parler sur un autre ton pigé ? On sera associé ou rien d'autre ! Je me lance pas dans l'affaire sans garantis et sans connaitre les tenants et aboutissants. Sans ça je coopères pas."

Son ton se fit alors très doux comme s'il parlait à une femme qu'il essayait de charmer.

"Oui ou merde ?"

Je vous laisse imaginer l'image de ce colosse à l'aura terrifiante parlant sur un ton de miel en lançant une sorte d'ultimatum. En tout cas une chose était sur il devait d'abord savoir ce qu'il en était réellement avant d'agir.


Dernière édition par Jean le Forestier le Lun 11 Nov - 23:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Lun 11 Nov - 23:05

Le membre 'Jean le Forestier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dés 10 faces' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampiredeparis.jdrforum.com
Maraudeur
Membre du Staff
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Mar 12 Nov - 15:13

les hommes proches de vous deux eurent un mouvement réflexe de recul, doublé d'un mouvement réflexe de la main vers l'intérieur de leurs vestes. Allan lui aussi recula du bar sur lequel il était accoudé, pris dans une panique qu'il n'avait pas ressenti depuis un moment.

Il reprit de sa superbe après quelques secondes, faisant un signe apaisant de la main à ses "amis".

- Tu as du potentiel, assurément. Mais... La mort n'est qu'une étape. Ton physique te protège, mais il y a toujours plus fort que toi. Là je ne te propose pas un coup à la petite semaine comme ceux auxquels tu es habitué. Mais un vrai coup, sponsorisé par des gens qui ont plus de pognon que tu peux en imaginer...

La messe était dite.

- Après soit tu acceptes soit tu pars.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Mar 12 Nov - 18:08

Jean sortit d'un coup son couteau et le planta dans la table, la lame dirigé vers les 3 hommes de main. Il se redressa et croisa les bras en regardant Allan, ne perdant pas de vu les 3 autres gus.

*Jouons le jeux jusqu'au bout.*

"J'acceptes ! Mais dis moi c'est quoi cette histoire de la mort n'est qu'une étape ? Perso j'ai jamais vu un mort se relever après que je l'ai tué."

La chose était dîtent sur le ton de la plaisanterie. Parler de mort n'était rien pour lui et le message qu'il faisait passé était clair même si la menace était évidente. Mais la chose qui l'intéressait vraiment c'était si Allan était au courant de sa vairitable nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maraudeur
Membre du Staff
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Mar 12 Nov - 19:39

- la mort n'est qu'une étape de la vie, mon cher ami. Elle peut arriver tellement vite. Sans que l'on s'en rende compte... Aussi influent que l'on soit.

Allan se resservit de la vodka dans un shot qu'il but d'un trait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean le Forestier
Brujah
Brujah
avatar


MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   Mar 12 Nov - 19:57

Jean attrapa son verre qu'il termina sur un sourire.

"Ah ? Pourquoi tu as peur qu'elle vienne te prendre bientôt ou quoi ?"

Jean laissa planer un instant sa phrase dans l'air puis se fit plus sérieux.

"Bien et si on en venait aux choses sérieuses et que tu m'expliquais ce qu'il en est exactement ? C'est quoi ton plan ? Qui nous sponsorise ? Ce genre de détails."

*Va falloir que je contact Dimitri bientôt. Ça pu la merde cette histoire. Où alors le gardien ? Mais il m'a pas donné son numéro lui.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au Harry's New York Bar   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au Harry's New York Bar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Au Harry's New York Bar
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Harry Vederchi [Pouffy]
» New York Islanders
» benji, york de 14 ans (canisenior)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paris By Night ~ Chronique de l'Ombre ~ :: Paris :: 9 eme, 10 éme et 11 éme arrondissement (appelés le carrefour)-