AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Arrivée à Paris d'un prisonnier des Limbes ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Arrivée à Paris d'un prisonnier des Limbes ...   Lun 16 Mai - 21:34

Le voyage en avion s'était bien passé. Seconde classe. Ce n'était pas ce qui dérangeait le plus le fils de la lune, qui avait passé le voyage à scruter le ciel, par le hublot. C'était toujours mieux que de contempler les morts qui l'entouraient, et dont il ne s'était pas encore fait, malgré presque quatre siècles à les côtoyer et à s'en nourrir.

Surtout qu'on le considérait généralement avec de bons sentiments, et ça faisait mal au cœur du vampire de devoir appréhender des êtres si sympathiques. A la rigueur, les moins dérangeants à regarder étaient les Nosfératus, ces vampires décrits comme monstrueux. C'était l'hôpital qui se moquait de la charité, quand on regardait le visage de celui qui osait dire de telles aberrations. Ils étaient peut-être difformes, ou laids, mais semblaient bien plus vivants que ceux qui les jugeaient ...

Bien sûr, de l'autre côté, tout le monde était beau, mais voilà, il n'y était plus, et c'était bien ça le problème. C'était désespérant, quand on ne pouvait pas voir son propre reflet dans le miroir, alors que celui des autres y paraissaient, comme si on ne pouvait plus faire machine arrière. Pourtant, Emmanuel avait beau se creuser les méninges, il n'arrivait pas à se rappeler de comment il était arrivé là. Et depuis des décennies, il avait arrêté de se torturer sur cette question. Le principal était de quitter les Limbes pour revenir dans le monde réel.

Arrivé à l'aéroport Charles de Gaulle, il avait fallut rejoindre un bus en partance pour la Gare du Nord. L'esprit d'une petite fille cherchant ses parents était planté à l'arrêt, en pleurs. Il ne voulait plus perdre de temps supplémentaire avec les souffrances des autres, et fit comme s'il ne l'avait pas vu. Les fantômes sont si désemparés et solliciteurs qu'il n'était pas facile de s'en débarrasser quand on leur donnait de l'attention. Et ils n'étaient pas les seuls à vouloir partir de cet endroit.

Même manège dans le bus, après avoir daigné regarder le chauffeur, et lui avoir réglé le ticket pour la capitale française. Rester scotché à la fenêtre était une échappatoire en ce qui était des transports en commun, mais il fallait faire attention à ne pas profiter des reflets sur le verre, au risque de rater l'arrêt voulu, ni même de faire trop attention aux passants, éthérés ou bien en chair et en os.

Pourtant il y avait des personnes intéressantes parmi les macchabées vivant comme si de rien n'était dans cet univers en ruines, et c'était bien là le soucis. A chaque fois, le Damné se sentait coupable de considérer les autres comme un obstacle ou bien une perte de temps. Mais même si en Enfer, les diablotins étaient sympathiques, ce lieu restait le dernier endroit où s'attarder.

Et puis à part s'il y avait moyen de regarder son interlocuteur par le biais d'un miroir, il était vraiment désagréable de tenir une conversation à un cadavre, vous regardant avec toute la bonne volonté des Limbes. Les animaux, à la rigueur, étaient de bien meilleur compagnie, notamment parce que leur chair était couverte d'une fourrure, certes en mauvais état, et que c'était bien mieux que de regarder une fille au teint cadavérique qui vous dévore des yeux.

Gare du Nord, la foule était dense, mais le beau blond réussit à se frayer un chemin vers l'extérieur, direction le 18ème arrondissement, à pied. Après tout ce temps passé assis, il avait besoin de se dégourdir les jambes, et après un regard posé sur un plan de la ville, il entreprit sa route vers le nord-ouest, où il avait loué un studio à l'avance, pour avoir un refuge d'office en arrivant. Il lui faudrait aussi se dégoter un job de nuit, afin de pouvoir continuer à payer ses loyers, et avoir un abri un tant soit peu viable ...

En attendant, le plus important était de rejoindre la basilique du Sacré Cœur et d'ensuite suivre le plan schématique afin de rejoindre ledit refuge, dont il avait déjà le double des clés ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arrivée à Paris d'un prisonnier des Limbes ...   Dim 22 Mai - 16:48

Emmanuel devait l'avouer, malgré les façades rongées par le temps et les éléments, et l'éclairage blafard, Paris avait un certain charme. Ou bien n'était-ce que l'espoir de trouver en cette cité de grand renom un passage vers son univers d'origine qui aveuglait l'étranger. Il lui semblait avoir réagit de même à son arrivée à Hamburg, avant de déchanter, et d'exécrer l'architecture allemande, par la même occasion.

Alors que le jeune homme, du moins en apparence, pensait et repensait à tous les détails qu'il avait noté dans son calepin, le dôme principal de la basilique de Montmartre se dessinait dans un ciel aux tons d'orange blême sur fond gris sombre, réverbération de l'éclairage parisien sur un manteau nuageux.

La circulation automobile et piétonne à cette heure était des plus remarquables, entre la masse grouillante s'infiltrant à travers trottoirs, passages cloutés et accès au réseau métropolitain, et le ronflement des moteurs, accompagnés de quelques klaxons, mais aussi d'un jeu de lumières blanches et pourpres. La ville ...

Ici finissait la rue de Dunkerque, débouchant sur le Boulevard Rochechouart ... en face, bien plus haut, la basilique. Cela ne dérangeait pas l'Ancien de marcher. Au contraire, il lui semblait que ses idées étaient plus limpides lorsqu'il parcourait à pied les milieux urbains. Pour autant, il restait souvent cloitré entre quatre murs, en la compagnie de livres anciens, à la recherche de quelque information appréciable.

Après quelques minutes à déambuler dans une rue en pente, et après l'ascension des différents escaliers sur son passage, le fils de la Lune se trouva enfin au pied du monument, entre touristes, habitués et communards spectraux, morts aux barricades ou fusillés, errant et hantant les lieux.

Sortant son plan, le Damné commença à suivre les directives pour rejoindre son refuge. Cette nuit, il ne ferait pas grand chose d'autre que de sécuriser son studio ...

[Fin de la nuit, suite au Louvre]
Revenir en haut Aller en bas
 

Arrivée à Paris d'un prisonnier des Limbes ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arrivée à Paris d'un prisonnier des Limbes ...
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Affaire de vente de passeports/visas a l'Ambassade de Paris
» Arrivée de Houille
» Le salon du chocolat à Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paris By Night ~ Chronique de l'Ombre ~ :: Périphérie de la Camarilla Parisienne :: archives-