AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Et moi pendant ce temps là... [pê choquant]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anathème
Nosfératu
Nosfératu
avatar


MessageSujet: Et moi pendant ce temps là... [pê choquant]   Mer 2 Jan - 1:43

[ Arrivé d'ici ]

Les humains qui conduisaient l'avait amené dans une des trop rares ruelles sombres du coeur de la capitale Française.
Ils avaient éteint les feux pour ne pas trop attirer l'attention et coupé le moteur.

Ils savaient apparemment qu'Anathème n'était pas mort à cause des balles dans le torse.
Comment le savaient-il ? C'était un mystère.
Quoique, ce pouvait-être des goules... quel dommage.

Ils ouvrèrent les portes arrières du véhicule pour monter le détacher.
Le Nosfératu ne bougeait pas, imperturbable.

L'un d'eux secoua le Caïnite en lui tenant l'épaule.
Merde, Djé t'es sûr qu'on a prit le bon ? Il est vraiment raide lui !

Alors que les deux se regardaient, Anathème ouvrit les yeux et se redressa en saisissant le premier à la gorge pour l'empêcher de parler.
Bien sûr, mais avez vous une bonne assurance vie ?
Puis il décocha une droite au second alors qu'il broyait de la gauche le larynx du premier.

Il se leva du brancard pour aller fermer les portes et revint voir ses victimes.
Il fouilla les poches pour regarder les identités des deux hommes.
Alors alors alors, qu'est-ce que nous avons là ?

Il regarda les cartes d'identités.
Jérémie et Didier.
Il sortir les cartes bancaire et se fourra les billets dans la poche avant de prendre un stylo dans la poche de l'humain prénommé Jérémie et un bout de papier.
Jérémie tu vas être un gentil garçon et me donner ton code de carte bleu. Je sais que tu ne peux plus parler, mais tu vas m'écrire ton code sur ce bout de papier.

L'humain était en train de pleurer à cause de la douleur et il respirait difficilement à cause du sang dans sa gorge et dans sa bouche.
Il regarda Anathème droit dans les yeux et lui cracha en pleine figure le sang qui remplissait sa bouche.

Ha ha ha ! Sympathique mon mignon, passes moi ta main. dit-il en saisissant sa main gauche après avoir posé le stylo et le papier sur le brancard.
On va faire un mini jeu, je t'explique les règles.
Je vais te demander ton code de carte bancaire et si tu ne me le donne pas, je vais te casser un os.
Il y a plus de deux cents os dans ton corps, tu le sais ?
Donc. Là j'ai déjà posé la question une fois, même si tu ne savait pas, les règles du jeu s'appliquent.

Puis il frappa du poing sur l'avant bras en cassant net le radius et le cubitus.

Ho merde ! J'en ai fait deux d'un coup !
Jérémie tomba dans les pommes, mais fu bien vite réveillé par quelques baffes.
Je vais te poser deux fois la question et il faut que tu répondes !
L'humain tremblait à cause de la douleur et des larmes coulaient sur ses joues.
Il hocha la tête frénétiquement.
Sage décision mon grand.

Anathème tendit le stylo et le parier à l'humain qui nota son précieux code à 4 chiffres.
Puis le vampire mit le papier dans sa poche en souriant.
Si seulement c'était aussi facile à chaque fois ! lâcha t-il avant de planter ses crocs dans la gorge pour le vider de son sang.


Je sais tout...
Je vois tout...
Tu en doutes ?
Je ferais pareil à ta place.
C'est réconfortant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anathème
Nosfératu
Nosfératu
avatar


MessageSujet: Re: Et moi pendant ce temps là... [pê choquant]   Mer 2 Jan - 2:05

Tout en buvant, Anathème tendit la main vers l'un des tiroirs de matériels.
Un premier, un second, il n'avait que faire des compresses et des antiseptiques.

Enfin ! Les scalpels !
Il lâcha le coup de sa victime en sortant ses canines de son cou et commença à déchirer le sachet stérile dans lequel était le précieux ustensile.

Il souleva Jérémie d'une main et l'installa sur le brancard pour le mettre en position.

Anathème regarda le scalpel avec un sourire.
C'est des trucs comme ça qu'il me fallait quand j'étais gamin !

Puis il planta le bout de métal trancha dans le ventre de l'humain inconscient.
Ses mouvements était brouillon, sans aucun autre but que d'ouvrir son paquet cadeau contenant les organes juteux et tant convoités.
Il tira sur le coeur, qu'il avait saisit à pleine main, et ne s'arrêta que lorsque les artères lâchèrent en laissant gicler du sang sur les paroies intérieures du véhicules, les vêtements, le brancard... partout, car il battait encore.

Anathème ouvrit la bouche et croqua goulûment dans le muscle pour le mastiquer consciencieusement.
Ensuite il passa au foie, bien noir, encore gorgé de sang et le mangea rapidement, salement.
Les intestins du malheureux pendaient, des parties touchaient même le sol, et le sang qui n'avait pas été ingurgité commençait à se répandre des nombreuses coupures sur le corps.

Satisfait, le Nosfératu regarda Didier encore inconscient.
Il ne ferait pas son 4h, il le mangerait aussi.


Je sais tout...
Je vois tout...
Tu en doutes ?
Je ferais pareil à ta place.
C'est réconfortant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar


MessageSujet: Re: Et moi pendant ce temps là... [pê choquant]   Mer 2 Jan - 2:05

Le membre 'Anathème' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Sang Humain' :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampiredeparis.jdrforum.com
Anathème
Nosfératu
Nosfératu
avatar


MessageSujet: Re: Et moi pendant ce temps là... [pê choquant]   Mer 2 Jan - 2:54

Il tira Jérémie par le bras plus qu'il ne le souleva, pour l'ôter du brancard en l'appuyant de façon sommaire contre les tiroirs.
L'espace manquait.

Anathème se saisit ensuite de l'humain encore en vie et l'installa sur le brancard et le sangla.
Il le bâillonna ensuite avec un morceau de la blouse de Jérémie, arraché à coup de scalpel, puis se mit à fouiller dans les tiroirs.

Quand il trouva enfin ce qu'il cherchait, il souria à nouveau. La soirée était bien finalement, cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas amusé comme ça.
Heureusement que sa Dame n'était pas là.
Heureusement qu'elle n'apprendrai jamais ça non plus, elle ne serait pas contente du tout.
Elle avait mit des années à lui faire passer ces manies et ses tocs dignes des pires films d'horreur.
Mais chassez le naturel et il revient au galop.

Le Nosfératu prépara sa seringue, un cocktail léger d'un peu n'importe quoi. Les notices étaient bien détaillées.
Quelques gouttes de ci, quelques gouttes de ça, une de celui là...
Ça devrait te tenir éveillé un moment mon coco. dit-il en se retournant vers Didier avec un rictus horrible, comme s'il était le docteur fou d'un film gore très en vogue en ce moment, comme Saw ou Hostel.

Après l'injection, il lui mit quelques claques pour le réveillé, bien aidé par le petit cocktail de stimulants.
Coucou Didier !
Pas trop mal à la mâchoire ? ou à la tempe ? je ne sais même plus ou je t'ai frappé en fait.

Il rigola doucement en émettant un petit ricanement sonore.

Il prit un autre papier, l’emballage de compresse faisait l'affaire, et le secoua sous le nez de Didier afin de capter toute son attention.
Je t'ai drogué et tu pourrais peut-être en mourir.
Mais c'était très léger, tu dois avoir 2 gouttes d'adrénaline dans la seringue. Enfin tu avais...
Et deux ou trois autres trucs mais on s'en branle.


Anathème saisit l'humain par l'arrête du nez pour lui faire voir Jérémie, éventré et lacérer à moins d'un mètre de lui.
Didier hurla dans son bâillon et commença à se débattre violemment, luttant contre les sangles et tirant dessus comme un forcené.
Didier ? Didier ? Arrête sale con, j'suis décontract', j'ai bu tout son jus. dit-il en posant sa main sur le torse de l'homme pour le coller au brancard.

Quand l'humain s'arrêta enfin de se débattre ce fut pour se mettre à pleurer et à supplier pour avoir la vie sauve.
Gnon gnon gnon, j'entends pas ce que tu baragouines avec le bâillon abruti et je l'enlèverai pas.
Il remit le papier devant le nez de l'humain pour lui dire.
Si ton copain Jérémie est mort c'est parce qu'il n'a pas voulu me donner son code de carte bleu.
En plus il s'est permit de m'insulter et de me cracher dessus. J'aimerai que tu ne fasses pas cette erreur et que tu me donnes ton code.
Après je vois ce que je fais, j'ai déjà mangé donc si tu me promets de fermer ta gueule et de partir loin de Paris, je te laisserai partir.


L'humain voyant sa porte de sorti hocha la tête plusieurs fois.
Très bien ! Je vais poser le papier sous ta main et le stylo entre tes doigts et tu vas écrire le code d'accord ?
Bien qu'il ne voyait pas ou se situait le papier Didier nota les chiffres.
Excellent ! 3821. Et bien merci Didier !

Anathème mit le second papier dans sa poche après s'être essuyé les mains pour ne pas trop le tâcher.
Haaaaaaa ! soupira t-il d'un air faussement fatigué, ou peut-être satisfait, il avait du mal à simuler en général.
Mais il tendait à s'améliorer, la seule chose qui ne changeait pas s'était sa compréhension des sentiments.

Aller, je vais me faire une petite friandise.
En essayant de pas finir ballonné !

Puis il planta le scalpel dans la cuisse de Didier avant d'approcher ses crocs de sa gorge.


Je sais tout...
Je vois tout...
Tu en doutes ?
Je ferais pareil à ta place.
C'est réconfortant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar


MessageSujet: Re: Et moi pendant ce temps là... [pê choquant]   Mer 2 Jan - 2:54

Le membre 'Anathème' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Sang Humain' :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampiredeparis.jdrforum.com
Anathème
Nosfératu
Nosfératu
avatar


MessageSujet: Re: Et moi pendant ce temps là... [pê choquant]   Mer 2 Jan - 4:09

Il était plus vieux celui ci, le cocktail ne changeait pas le goût à ce point, si ?

Anathème sortit le porte feuille de Didier et fouilla un peu.
Il y vit des photos de sa femme, son fils et ses deux filles.
Ça c'est probablement le prochain repas.
Il rangea rapidement avant de récupérer le scalpel dans le quadriceps pour le planter sous le nombril et remonter vers la paume d'adam.

Ironique cette référence. Adam n'avait pas eu la pomme coincé en travers de la gorge dans le bouquin.
Par contre il aurait très bien pu avoir les boules à cause de l'autre salope...

Anathème sortait le coeur pour le manger, ainsi que le foie, la rate...
Il avait grignotté le meilleur.

Une fois plein il s'assit sur les tibias de Didier sur le brancard tout en posant les pieds sur l'épaule et la tête de Jérémie avachit.
Il prit des compresses et s'essuya les mains et le visage.
Même si le sang ne serait visible de personne, il sentait bien que ses mains étaient collantes et des fils de sang coagulés se former sous son menton.

Comment je nettoie ça moi maintenant ?

Le Nosfératu regarda autour de lui et su rapidement comment procéder.
Mais avant, puisqu'il était dans une ambulance...
Il ouvrit tous les tiroirs et tous les placards un à un pour enfin tomber sur le petit réfrigérateur.
Cinq poches de plasma l'attendaient. l'urgence des premiers secours rendait nécessaire la présence de ce liquide rouge.
Deux poches de A et une de chaque autre groupe. Ce serait un cadeau super pour l'autre face de craie qui se prenait pour Dieu le père dans l'Elyséum !

Il vida un petit sac contenant des compresses, des clamps, des antiseptiques... et y mit les poches en plastique.

Il prit ensuite deux autres manches de scalpel et un paquet de lames stériles et les mit dans un autre petit sac à dos, dans lequel il mit ensuite les porte feuilles et l'argent qu'il avait récupéré.

Il descendit du camion avec une poignée compresses pour essuyer ses semelles.
L'occultation le faisait encore passer pour un gros bourge en costard, mais ça ne ferai pas disparaître les traces de pas ensanglantés qu'il laisserai derrière lui.
Une fois fini il les jeta à l'intérieur du camion et fit le tour pour aller récupérer les clefs sur le contact.
Et posa ses deux sacs sur le bitume.

Il chantonnait tranquillement alors qu'il utilisait la clef pour ouvrir le réservoir.
Il retourna ensuite dans le camion en faisant attention ou il posait les pieds, et regarda les poches des deux macchabées.
Mais t'étais pas bio Jérémie, en plus tu fumais ! dit-il en sortant une boite d’amulette, comme celles disponibles dans les boites de strip-tease, et un briquet.
Alors qu'il fouillait les poches, Anathème vit les deux bonbonnes portable d'oxygène.
Intéressant.
Il récupéra le scalpel, toujours planté dans le cadavre sur le brancard pour ensuite dévisser légèrement les bouchons et couper les tuyaux menant l'oxygène aux masques.

Il attrapa ensuite le tiroir de compresses et descendit en fermant la porte.
Il défit rapidement les compresses et les bourra tout aussi vite dans le tour du réservoir.
Il en mit autant que possible avant de prendre le paquet d’allumette et en craqua une qu'il coinça dans le carton avant de le visser dans les compresses qui s'imbibaient de vapeurs d'essence.
Il prit ses sacs et parti en courant à l'autre bout de la ruelle.

Il avait mit le feu de nombreuse fois, à chaque moment un plaisir renouvelé.
Le Rötschreck l'avait prit plusieurs fois déjà, mais cette sensation de puissance quand les enfers se déchaînaient était peut-être le seul petit plaisir qu'il pouvait s'autoriser légalement.
Après tout, il était en train de faire disparaître ses clous et maintenait ainsi la Mascarade.

Une fois au bout il s'arrêta et regardait le camion.
Des flammes montaient du réservoir, elles devaient faire un mètres, peut-être deux, avec la distance il était difficile d'être précis.
Soudain, la fuite d'oxygène des réservoirs réussi à prendre la flamme et une explosion retentit.
L'ambulance était en flammes, elles montaient maintenant à 5 ou 6 mètres de hauteur et sa bête hurlait de plaisir et de frayeur en même temps à la vu de se spectacle.
La distance, déjà plus que raisonnable n'était pas assez pour sa bête qui voulait s'éloigner encore.
Il sourit et fit volte face en lâchant :C'est comme ça qu'on respecte la Mascarade sale trou du cul de Mac' !
En pensant au vampire complètement débile qui s'était levé alors que la foule avait braqué sur eux ses petits téléphones, ses caméras et ses appareils photo.

[ Sortie vers là ]


Je sais tout...
Je vois tout...
Tu en doutes ?
Je ferais pareil à ta place.
C'est réconfortant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et moi pendant ce temps là... [pê choquant]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et moi pendant ce temps là... [pê choquant]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pendant ce temps dans le reste du pays...
» PENDANT CE TEMPS,LES AFFAIRES CONTINUENT.....
» Pendant ce temps-là , Martelly nomme les directeurs généraux.
» Pendant ce temps, sur Brume-Azur
» Atya, le marteau ne frappera pas pendant quelque temps !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paris By Night ~ Chronique de l'Ombre ~ :: Paris :: 1 er, 2 ème, 3 ème et 4 ème arrondissements reservés au prince de la ville (appelés la cour) :: Archives-